Skip to content

Gay et évangélique: plus d’ouverture?

© Alliance Presse
A l'occasion d'une conférence organisée par une association homosexuelle, le sociologue évangélique Philippe Gonzalez s'est demandé si l'homosexualité et la foi évangélique sont compatibles. Son constat: un certain rapprochement.
Sandrine Roulet

L’attitude des évangéliques sur la question de l’homosexualité serait-elle en train d’évoluer ? Le 13 janvier à Genève, dans les locaux de l’association Dialogai et à l’initiative du groupe C+H (chrétiens + homosexuels), le sociologue Philippe Gonzalez a tenu une conférence sur un sujet brûlant : «L’homosexualité dans les milieux évangéliques, entre embarras, démonisation et signes d’ouverture».
Responsable de la communication de C+H, Jean-Paul Guisan explicite ce choix : certains membres de son groupe, dans leur parcours de vie, ont fréquenté ou fréquentent encore des Eglises évangéliques. «Découvrir quelqu’un comme Philippe Gonzalez nous intéressait. Il montre dans son livre la manière dont les évangéliques peuvent être manipulés par des personnages comme Lou Engle. Mais leur doctrine elle-même suscite notre intérêt». Devant une quarantaine d’auditeurs, Philippe Gonzalez précise que s’il va s’exprimer en tant que sociologue de la religion, il est par ailleurs «prédicateur mennonite et chrétien engagé».

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

La candidature d'Isabelle Graesslé à la tête de l'EERS, les bonnes nouvelles de Timothy Keller, le décès de l'ancien tortionnaire khmer rouge Douch, la foi d'Olivier Giroud...

Ils font l’actualité

La candidature d'Isabelle Graesslé à la tête de l'EERS, les bonnes nouvelles de Timothy Keller, le décès de l'ancien tortionnaire khmer rouge Douch, la foi d'Olivier Giroud...

Ils font l’actualité

Jonathan Isaac: la réponse est Jésus Contrairement à ses coéquipiers et adversaires, le basketteur Jonathan Isaac, ailier de l’Orlando Magic ne s’est pas agenouillé pendant l’hymne américain le 31 juillet, avant le match contre Brooklyn.…

Publicité