Skip to content

Ces femmes disparues et converties de force

© Alliance Presse
Les conversions et les mariages forcés des chrétiennes sont courants aujourd’hui. L’enlèvement de 230 lycéennes par la secte Boko Haram n’est donc pas un cas isolé. Le point avec Nadia Ghaly, de Christian Solidarity International, co-rédactrice d’un rapport sur la question en Egypte. Entretien
Sandrine Roulet

L’enlèvement de jeunes filles chrétiennes par Boko Haram a indigné l’opinion publique. Rencontre-t-on des situations similaires dans d’autres pays?
Ce problème touche tous les pays musulmans. L’islam se considère comme supérieur aux autres religions. La sourate Al Oman, verset 19, dit qu’Allah est prompt à demander des comptes à celui qui ne croit pas dans la Ayat d’Allah. Certains musulmans appliquent le Coran à la lettre. Au Bangladesh, au Pakistan, au Soudan, en Inde, au Nigéria ou encore au Moyen-Orient, les chrétiens sont persécutés au nom de l’islam. Le problème est plus grand que ce que nous pouvons imaginer, mais ceux qui souffrent sont terrorisés à l’idée d’en parler, parce que leur vie et celle de leurs proches sont en danger.

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

La table ronde «Aimer son prochain, comme Christ l’aime» animée par Pierre Jova(en bas à droite) avec (de haut en bas) Monseigneur Benoit de Sinety, Luc Maroni et Joël Prohin

100% en ligne, le CEIA a cartonné

Les 23 et 24 novembre derniers ont réuni de nombreux participants autour de sujets variés et actuels: un succès qui pousse le comité d’organisation du CEIA à envisager une formule hybride à l’avenir.

Publicité