Skip to content

Ce jour-là, les hommes se rassemblent

Chaque mois, Michel Béghin vous fait revivre un événement significatif de l'histoire du christianisme. Retour sur le rassemblement d'un million d'hommes aux Etats-Unis, le 4 octobre 1997.
Michel Béghin

Ce jour-là se tient à Washington la plus grande manifestation évangélique jamais organisée : le mouvement américain des «Promise Keepers» (Les gardiens de la promesse) rassemble un million de chrétiens, des hommes qui se retrouvent sous le slogan Stand in the Gap (Sur la brèche). A l’époque, on estime même qu’il s’agit du plus important rassemblement d’hommes de l’histoire des Etats-Unis, dépassant la «Marche du Million» des Noirs américains, deux ans auparavant.
«Promise Keepers» a été créé en 1990 par un entraîneur de football américain, Bill McCartney. Les sept principes fondamentaux des «Promise Keepers» relèvent de l’engagement chrétien à honorer le Christ et à obéir à la Bible avec l’aide de l’Esprit. L’essentiel des résolutions tient au respect de l’éthique biblique et d’une moralité saine au sein d’un mariage épanoui. Les adeptes, de toutes les dénominations, sont déterminés à participer au changement du monde selon le Grand Commandement (Mc. 12, 30-31) et la Grande Mission (Matt. 28, 19-20).
Le mouvement s’est développé dans le monde entier, surtout dans les pays anglo-saxons. Les «Promise Keepers» organisent régulièrement des actions spectaculaires, en particulier dans des stades, pour encourager les hommes à se détourner des tentations et à rester fermes dans leurs résolutions. Cette insistance sur le retour à une certaine conception biblique de la masculinité a fait l’objet de critiques de la part d’autres groupes chrétiens… notamment féministes. Le rassemblement de 1997 n’en demeure pas moins l’expression d’un rappel de valeurs qui étaient en train de se diluer.

Michel Béghin

Publicité

Christianisme Aujourd'hui

Article tiré du numéro Christianisme Aujourd’hui – octobre 2014

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

De gauche à droite, le ministre des Affaires étrangères du Bahreïn, Dr. Abdullatif bin Rashid Al-Zayani, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, le président des Etats-Unis Donald Trump et le ministre des Affaires étrangères des Emirats arabes unis, Abdullah bin Zayed Al Nahyan

Une paix ambiguë

Pour certains, les accords d’Abraham signés entre Israël et deux pays du Golfe persique grâce à la médiation des Etats-Unis sont historiques. Mais sont-ils vraiment une avancée vers la paix? Que vont-ils changer? Et peut-on…

Publicité