Skip to content

La France est défigurée

La chronique mensuelle d'Hugues Not, qui jette un regard doux-amer sur le protestantisme et la société.
Hugues Not

L’image de la France défigurée est aujourd’hui affligeante. La gouvernance est devenue une minable tragédie grecque dont l’univers impitoyable et les beautés désespérées (Desperate Housewives) sont des laideurs désespérantes! L’éthique des Princes n’est plus que toc de principes, et leurs douces leçons de vertus ont des relents aigres de vermoulu. Tel un coq gaulois se dressant sur ses ergots de pacotilles, le roi coquericoque de ses gauloiseries sans filtre, tandis que poules et dindons jouent une farce de série B. Jusqu’à quand allons-nous subir ces reality shows aux rebondissements de plus en plus accablants? Sommes-nous condamnés à ingurgiter des épisodes politico-médiatiques nauséabonds? L’hypocrisie, le mépris, le mensonge, l’effronterie, l’arrogance, le dédain, sont devenus menues monnaies dans un pays en prise à de multi-crises. Et tel Esaïe, je me lamente: «Mon peuple! Ceux qui te conduisent t’égarent, et ils corrompent la voie dans laquelle tu marches!»
Mais comment en sommes-nous arrivés là? Une société qui nie Dieu, quand bien même elle semble idéaliser l’homme, ne peut que transformer cet homme en objet dont quelques nantis se servent pour exister, s’élever, régner et s’enrichir. Puisque la seule vraie valeur de l’humain est celle que Dieu lui donne, en supprimant Dieu on lui ôte toute valeur. Dès lors, l’homme-objet peut être exploité, trompé, pressuré, instrumentalisé au profit de qui bafoue son identité: il n’est plus rien, sans âme, sans vie, sans avenir. Comment un régime de paille peut-il tenir dans un monde sauvage où l’homme est un loup pour l’homme, où même l’agneau de Dieu est dévoré tout cru?
Cependant, Dieu n’a pas besoin que l’on croie en lui pour exister, et personne ne l’empêchera d’avoir le dernier mot au cœur de nos derniers maux. Et qui, alors, pourra dire: «Merci pour ce
moment»?

Hugues Not

Publicité

Christianisme Aujourd'hui

Article tiré du numéro Christianisme Aujourd’hui – octobre 2014

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Une femme tend la main à un sans abri dans la rue

«J’ai été haï avant vous»

Edito. Les évangéliques ont été accusés de «séparatisme», au même titre que les islamistes par plusieurs responsables politiques français ces dernières semaines. Séparatistes? Un terme un peu fourre-tout parfois synonyme d’indépendantisme.

Publicité