Skip to content

«En marchant, on vit les choses différemment»

Ruth et Michel Sommer ont parcouru les 450 km séparant Aulla d’Assise (Italie) en vingt jours. Portrait. Découvrez sur ce site les autres articles de notre dossier consacré à la marche spirituelle.
Christian Willi

Ils avaient déjà marché une semaine sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle l’an dernier. A la faveur d’un temps sabbatique, Ruth et Michel, respectivement secrétaire médicale et animateur théologique au CeFoR Bienenberg et rédacteur du mensuel Christ Seul, ont vu plus grand. En mai, ils ont marché cinq à sept heures par jour en direction d’Assise. Ce qui les a motivés, c’est d’être dans la peau de pèlerins, c’est-à-dire: «Marcher délibérément dans le but d’y associer la méditation et la prière, d’être plus ouverts ou conscients des signes de Dieu par les paysages, les événements, les rencontres», raconte Michel.

Dossier: Marche
Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Publicité