Skip to content

Qu’a-t-on fait au bon Dieu?

La chronique mensuelle d'Hugues Not, qui jette un regard doux-amer sur le protestantisme et la société.
Hugues Not

Alors que nous sommes en droit de pleurer devant l’implosion des partis politiques et du discrédit des leaders de toute sorte, la France se défoule et oublie en se ruant dans les salles de cinéma pour voir Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu? Il faut bien rire pour garder le moral et ne pas sombrer dans la dépression. Pourquoi pas? Mais en même temps, remarquons que le couple ridiculisé du film et dont on ne peut que se moquer est un couple de catholiques. Certes, intégriste et «catho foncé» comme on dit en Cévennes, mais ne nous y trompons pas: ce sont les croyants, les chrétiens qui en prennent encore un coup. Parce que les raccourcis sont faciles. D’ailleurs, ceux qui défendent des valeurs ne sont-ils pas dans le panier des cathos, fachos, réacs? Quand l’épithète est abrégée, elle marque déjà le mépris!
Bien sûr, heureux ceux qui sont capables de rire d’eux-mêmes, mais la dérision fait plus de ravages qu’on le pense. D’ailleurs, imaginez que le couple soit musulman, qu’une des filles épouse un charcutier de Morteau, une autre un diplomate israélien et qu’un fils rencontre une brillante professeur d’université. Combien d’entrées et d’explosions… de rire?
On ne cesse de ridiculiser, de façon insidieuse ou méprisante, les valeurs chrétiennes. Nous ne voyons parfois pas le mal perfide qui se cache là, nous en sourions même. Mais les humoristes et autres guignols de l’info, après avoir dénigré les hauts dignitaires et responsables de l’Etat, et avoir donné des lettres de noblesse extrême à la dérision (au nom d’une liberté d’expression insolente), ont sapé le respect que l’on doit aux fonctions et aux rôles de nos élus. Le discrédit (mérité) qui touche les politiciens est venu, d’abord, de la volonté de les ridiculiser pour épater la galerie. Dès lors, on rit moins, ou jaune! La question demeure: Qu’est-ce qu’on fait au Bon Dieu et à ceux qui osent encore croire en lui?

Hugues Not

Publicité

Christianisme Aujourd'hui

Article tiré du numéro Christianisme Aujourd’hui – juillet-août 2014

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Une femme tend la main à un sans abri dans la rue

«J’ai été haï avant vous»

Edito. Les évangéliques ont été accusés de «séparatisme», au même titre que les islamistes par plusieurs responsables politiques français ces dernières semaines. Séparatistes? Un terme un peu fourre-tout parfois synonyme d’indépendantisme.

Publicité