Skip to content

Chienchien-à-sa-mémère…

La chronique mensuelle d'Hugues Not, qui jette un regard doux-amer sur le protestantisme et la société.

Il n’y a pas de quoi fouetter un chat, mais les députés français, qui gèrent les priorités d’un pays en crise profonde, ont reconnu aux animaux la qualité symbolique «d’êtres vivants doués de sensibilités». Jusqu’à maintenant, le code civil les considérait comme des «biens meubles».
Voilà qui est déterminant pour la société française toujours à la pointe et donnant l’exemple au monde de ce qui est bon, juste et digne d’être suivi. Egalité et fraternité enfin accessibles aux animaux. Pour une avancée, c’est une avancée.
Sans vouloir mépriser tous ceux qui ont signé la pétition de «30 millions d’amis», je remarque que cette pétition-là a eu plus d’échos et de succès que celle déposée contre le projet de loi sur le Mariage pour tous.
Et d’ailleurs, les poissons rouges, les cochons d’Inde et les chienchiens-à-sa-mémère reçoivent plus de considérations que les chômeurs que l’on abandonne dans leurs statistiques et les destructions d’emplois; que les SDF pour qui aucune vraie solution n’est jamais trouvée que dans le temporaire alors que le problème est récurrent; que les retraités dont on taxe les maigres pensions; mais aussi que les enfants à naître que l’on aspire ou efface, que l’on transforme en objet d’expériences et de manipulations…
L’homme évolué, que les scientifiques ont persuadé descendre du singe, est devenu un «bien meuble» de brocante tandis que l’animal resté à l’état de bébête est désormais le sujet protégé par une éthique pleine de délicatesse et de prévenance.
Qui dira, aujourd’hui, que les pauvres, les petits, les exclus, les embryons et les personnes en fin de vie sont des êtres vivants doués de sensibilité? Les chiens aboient et la caravane des idéologues passent.

Christianisme Aujourd'hui

Article tiré du numéro Christianisme Aujourd’hui – juin 2014

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Une femme tend la main à un sans abri dans la rue

«J’ai été haï avant vous»

Edito. Les évangéliques ont été accusés de «séparatisme», au même titre que les islamistes par plusieurs responsables politiques français ces dernières semaines. Séparatistes? Un terme un peu fourre-tout parfois synonyme d’indépendantisme.

Publicité