Skip to content

«Juifs et fiers de l’être»

La chronique mensuelle d'Hugues Not, qui jette un regard doux-amer sur le protestantisme et la société.
Hugues Not

Deux films sortiront prochainement pour raconter le drame horrible de Ilan Halimi, kidnappé et torturé à mort par le Gang des Barbares en 2006. La faute d’Ilan: être Juif! Depuis, un rassemblement discret a lieu chaque 13 février devant le magasin parisien où il travaillait. Or, chaque année, 7000 agressions physiques contre des Juifs sont recensées en France. Sans parler des agressions verbales et des propos antisémites dont Dieudonné, qui ne devrait plus faire rire personne, se fait aujourd’hui porte-parole. Il y a pourtant des gens qui refusent que l’on muselle les injures et grossièretés, prétextant que la démocratie permet de tout dire.
Mais si les paroles antisémites et racistes ne sont plus taboues, l’exécrable est encore à craindre. D’ailleurs, des slogans insupportables ont été entendus ces dernières semaines: «Juifs, la France n’est pas à vous». Le président français se rend au Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), et surgit la critique sournoise: «Hollande ou le CRIF, qui dirige qui?». Le Juif suscite toujours les haines les plus abjectes, et nous commettrions une grave erreur en pensant que ces discours sont passagers ou anodins.
Cette haine entraîne sur son passage de curieuses alliances, recrutant chez les altermondialistes radicaux ou dans les mouvances religieuses extrémistes. Roger Cukierman, président du CRIF, préconise de «mettre un terme à cette violence en ne laissant plus internet et la “Rue“ être le sanctuaire de nos ennemis». Il parle bien de «nos ennemis», dans une France où le «vivre-ensemble» est devenu une rengaine aussi mensongère que les discours des défenseurs d’une République accueillante, que beaucoup jugent décadente et corrompue… par les Juifs et leurs semblables!
Le 19 mars, à Paris, a eu lieu un rassemblement sous la bannière «Français, Juifs et fiers de l’être!». Qu’avons-nous vu de ce rassemblement? Un jour viendra où nous devrons peut-être militer à notre tour: «Français, chrétiens et fiers de l’être aussi!»

Hugues Not

Publicité

Christianisme Aujourd'hui

Article tiré du numéro Christianisme Aujourd’hui – avril 2014

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Une femme tend la main à un sans abri dans la rue

«J’ai été haï avant vous»

Edito. Les évangéliques ont été accusés de «séparatisme», au même titre que les islamistes par plusieurs responsables politiques français ces dernières semaines. Séparatistes? Un terme un peu fourre-tout parfois synonyme d’indépendantisme.

Publicité