Skip to content

Pâques, quelle bonne nouvelle!

Découvrez notre édito du mois d'avril.
Christian Willi

Ce début d’année est troublé sur bien des fronts! Nous aurions pu choisir de traiter une actualité plus importante, en dossier du Christianisme Aujourd’hui, que la question de «l’attribution» d’une Appellation d’origine contrôlée (AOC) pour les Eglises évangéliques . Il est vrai que 2014 présente plusieurs enjeux autrement plus significatifs qu’un débat sur l’utilisation, abusive ou contrôlée, du label évangélique par un nombre croissant d’Eglises.
Les débats autour de la gestation pour autrui, ou celui, interminable, sur la fin de vie, pour ne citer qu’eux, méritent bien sûr notre attention soutenue. Tout comme les crises humanitaires et politiques en Syrie, dans plusieurs pays africains (Sud-Soudan, Centrafrique) et en Ukraine. Des crises qui précarisent durablement le quotidien de populations civiles n’aspirant qu’à vivre en paix. Sans oublier l’exploitation humaine sous toutes ses formes, dont aucun continent ne semble totalement exempt, et qui explique encore trop souvent la pauvreté extrême.
Toutes ces situations ont en commun de révéler la véritable nature humaine. Un regard lucide sur l’histoire nous force à l’évidence: l’individu tend à retomber inlassablement dans ses mêmes travers.
Alors que les œufs et les lapins en chocolat ont déjà fait leur apparition sur les étals des supermarchés, l’approche de Pâques nous rappelle une double réalité. Première évidence, l’individu est et demeure pécheur. Séparé de Dieu. Incapable de ne faire que le bien.
Mais heureusement, la commémoration de la mort et de la résurrection du Christ résonne aussi comme une invitation à rompre avec les élans de la nature humaine. Oui, décider de vivre autrement est réaliste. Oui, il est possible de s’appuyer sur Dieu et le salut qu’il nous a offert pour choisir le pardon et la réconciliation avec lui et avec nos semblables, pour emprunter ce chemin de transformation personnelle que nous appelons, en patois de Canaan, la sanctification. Et nous serons alors nous aussi des ambassadeurs de la réconciliation.
Ce fondement de «l’AOC évangélique» nous rappelle que Pâques est vraiment une bonne nouvelle!

Christian Willi

Publicité

Christianisme Aujourd'hui

Article tiré du numéro Christianisme Aujourd’hui – avril 2014

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Une femme tend la main à un sans abri dans la rue

«J’ai été haï avant vous»

Edito. Les évangéliques ont été accusés de «séparatisme», au même titre que les islamistes par plusieurs responsables politiques français ces dernières semaines. Séparatistes? Un terme un peu fourre-tout parfois synonyme d’indépendantisme.

Publicité