Skip to content

Pire que la pensée unique!

Chaque mois, Hugues Not porte un regard doux-amer sur le protestantisme et la société.
Hugues Not

Banalités, obscénités, scandales et émissions nauséabondes: ce qui passe à la télévision nous pousse à l’écœurement. Or, la télévision n’est que le reflet de notre société. Elle n’est pas dangereuse par ce qu’elle montre, mais par sa capacité à aseptiser nos résistances. «A force de tout voir, on finit par tout supporter, puis par tout tolérer, ensuite par tout accepter , et enfin par tout approuver!», écrivait déjà Saint-Augustin au quatrième siècle.
Notre civilisation postchrétienne est entrée dans une idéologie nouvelle qui a pour mission d’effacer toute trace de ce qui l’a précédée. Ainsi en est-il de la déconstruction systématique de la famille comme modèle de société et lieu de liberté individuelle. Les politiques actuelles, plus athées que laïques, sont à l’œuvre pour ruiner les fondements de nos sociétés, insultant la tradition, l’expérience et le bon sens, hurlant au déterminisme sauvage, au fanatisme religieux et aux us et coutumes réactionnaires.
On veut dissoudre les peuples dans un «vivre-ensemble» trompeur qui évacue toute spécificité, toute identité, toute exception sous prétexte que le communautarisme serait un réflexe identitaire malsain. Il faudrait, dit-on, préférer une autre civilisation qui n’est pourtant qu’une nouvelle dictature, celle des minorités. Quel étrange paradoxe et quelle manipulation dialectique honteuse! On se débarrasse de la pensée unique pour la pensée obligée.
Vouloir un papa, une maman et des enfants déterminés sexuellement, refuser l’euthanasie légale, la procréation bricolée et la gestation par correspondance, serait appartenir à un obscurantisme moyenâgeux, antirépublicain, responsable de susciter des peurs imaginaires… Ce serait être un mauvais citoyen, un extrémiste à faire taire. Pourtant, n’est-il pas juste de refuser une tyrannie qui, in fine, ne souhaite que gommer l’empreinte de Dieu dans nos vies? Défendre des valeurs simplement humaines est en passe de devenir le dernier témoignage évangélique encore possible. Préoccupant.

Hugues Not

Publicité

Christianisme Aujourd'hui

Article tiré du numéro Christianisme Aujourd’hui – mars 2014

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Une femme tend la main à un sans abri dans la rue

«J’ai été haï avant vous»

Edito. Les évangéliques ont été accusés de «séparatisme», au même titre que les islamistes par plusieurs responsables politiques français ces dernières semaines. Séparatistes? Un terme un peu fourre-tout parfois synonyme d’indépendantisme.

Publicité