Skip to content

Un monde sans lendemain?

La chronique mensuelle d'Hugues Not, qui jette un regard doux-amer sur le protestantisme et la société.
Hugues Not

Janvier s’est achevé et avec lui, le temps des vœux. Nous allons donc arrêter d’espérer le meilleur pour chacun alors que tout semble aller à vau-l’eau. Est-ce simplement une impression ou alors tout se dégrade effectivement autour de nous? Sur fond de météo déréglée -comme le reste de la planète- on constate des faits divers hallucinants de violence et de cruauté; on observe la montée de pouvoirs extrémistes de plus en plus nombreux; on aligne des chiffres effrayants dans les inégalités sociales; on banalise la suppression d’emplois tout en mettant le projecteur sur les nouveaux milliardaires; on voit la justice valider la pédophilie; mais on ne parle pas des persécutions à l’encontre des chrétiens.
Tandis qu’on assassine des pasteurs et leurs familles, la presse titre Comment mettre fin à la dictature de l’épilation? Ah, si les pasteurs massacrés étaient des journalistes! La prostate du Président peut continuer à faire la une, et la chute en ski de la Chancelière à masquer les réalités. Va-t-on longtemps encore anesthésier les peuples avec un Mondial tandis qu’on les dépouillera de leurs droits, dignités, libertés et espérances? De la fracture sociale à la fracture électorale, de la crise économique à la crise de foi et de nerfs, n’est-on pas en train de mettre le feu?
Sans doute tout cela inspirera-t-il de nouveaux commentaires éclairés
-illuminés- de l’Apocalypse chez des prophètes connus mondialement dans leur village natal, mais qu’en sera-t-il du chrétien lambda? Peut-être faut-il qu’il quitte les sentiers battus par les médias pour admirer, bientôt, la primevère (du latin primilus, tout premier). Cette primauté doit ensuite le conduire vers le Tout Premier, celui qui déclare: «Regardez cette primevère, n’est-elle pas magnifique?» Si donc Dieu habille cette simple fleur qui est là aujourd’hui et qui demain s’effacera pour le lys, la rose et la jonquille, ne se préoccupera-t-il pas de vous? «Non, ne vous inquiétez pas du monde sans lendemain; moi, je prends soin de vous bien au-delà!»

Hugues Not

Publicité

Christianisme Aujourd'hui

Article tiré du numéro Christianisme Aujourd’hui – février 2014

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Une femme tend la main à un sans abri dans la rue

«J’ai été haï avant vous»

Edito. Les évangéliques ont été accusés de «séparatisme», au même titre que les islamistes par plusieurs responsables politiques français ces dernières semaines. Séparatistes? Un terme un peu fourre-tout parfois synonyme d’indépendantisme.

Publicité