Skip to content

L’unité, une priorité de Jésus

© Alliance Presse
Pour le pasteur et auteur Jonathan Hanley, l’amour que nous avons pour les autres chrétiens devrait nous pousser à une plus grande unité, qui mette de côté nos divisions et désaccords. Trouvez sur ce site les autres articles de notre dossier consacré à l'impact de l'unité.
Jonathan Hanley

Dans mon enfance, on m’a dit qu’un chrétien fidèle à Jésus doit témoigner de sa foi sans s’inquiéter de ce que les autres pensent de lui. C’est en partie vrai, mais pas entièrement, car Jésus se préoccupait de ce que le monde pensait de ses disciples et de lui-même.
Dans Jean 17, lors de la prière qu’il adresse au Père juste avant d’aller à la croix, Jésus demande que l’unité caractérise les relations de ses disciples entre eux. Au verset 21, il souligne qu’une telle unité sera le signe qu’il est effectivement envoyé de Dieu. Au verset 23, il affirme aussi que l’unité entre les chrétiens permettra au monde de voir l’amour de Dieu. Cette affirmation a des implications extraordinaires pour l’évangélisation du monde. Elle a aussi des conséquences affligeantes quand on considère la longue histoire de désunion qui caractérise l’Eglise chrétienne.
Non à l’insipidité
Bien entendu, je ne suis pas naïf au point de penser que nous pourrions simplement gommer nos différences pour que le monde accepte l’Evangile. J’ai aussi lu ce que Jésus dit de ses disciples dans le verset 14: «Le monde les a haïs, parce qu’ils ne sont pas du monde». De plus, j’ai été frappé par l’insipidité du témoignage de certains chrétiens tellement soucieux d’unité qu’ils n’ont pas de conviction particulière. Et je sais d’expérience que même avec la meilleure volonté du monde, l’unité échoue généralement parce que le rapprochement avec les uns entraîne le rejet des autres.

Dossier: Unité
Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez gratuitement de l'accès aux articles web réservés aux abonnés pendant 14 jours.

Accompagner son enfant qui se dit transgenre

La dysphorie du genre, est-ce juste un passage de l’adolescence ou une crise plus profonde? Dans les deux cas, douceur et bienveillance restent de mise pour les parents comme pour les chrétiens au sens large.…

Publicité