Skip to content

Bonne année! Ou pas…

La chronique mensuelle d'Hugues Not, qui jette un regard doux-amer sur le protestantisme et la société.
Hugues Not

Bonne Année? Elle ne sera pas bonne, cette année; tous les clignotants sont au rouge et l’alerte est sérieuse. Le printemps sera chaud; les élections municipales françaises réveilleront ceux qui dorment, épouvanteront ceux qui rêvent encore. On accuse la crise économique, on fulmine contre les impôts, mais nos contemporains ne comprennent rien au taux de croissance du produit intérieur brut et sont incapables de mesurer la dette abyssale du pays.
Le vrai malaise et le fond de la vraie colère, ce sont les agressions contre les valeurs profondes de la société humaine: la famille, l’éducation, la justice, l’ordre, le travail, la reconnaissance… Ceux qui, avec raison, défendent leurs intérêts catégoriels (routiers, agriculteurs, éleveurs de chevaux et inspecteurs d’auto-école) ne mobilisent pas tant que ceux qui défendent le mariage, le couple, l’enfant.
Certes, il est juste de lutter contre les abus de ceux qui gagnent de plus en plus lorsque tant de gens mendient aux Restos du cœur; il est tout aussi normal de s’indigner devant les profiteurs de l’assistanat quand ceux qui triment toute leur vie reçoivent une misère imposable à la retraite. Mais au-delà des coups de gueule, il y a les vraies inquiétudes: les attaques successives qui minent l’éducation, bafouent la sexualité enfantine, confisquent aux parents des devoirs que récupère un Etat idolâtre de lui-même et laïcard. Défendre des valeurs fondamentales devient même dangereux puisque cela fait de vous un raciste, un pétainiste, un homophobe, un puritain intégriste réac.
Combien de couleuvres le chrétien devra-t-il avaler cette année? Doit-il accepter les humiliations permanentes quand la moindre remarque (douteuse il est vrai) à l’encontre d’un ministre effarouche les bien-pensants qui pensent penser juste à cause du pouvoir qu’ils ont encore? Les valeurs chrétiennes que je veux défendre ne sont pas de simples options philosophiques, elles sont conformes à l’enseignement de Jésus. Puis-je faire autrement que d’oser les défendre?

Hugues Noty

Publicité

Christianisme Aujourd'hui

Article tiré du numéro Christianisme Aujourd’hui – janvier 2014

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Une femme tend la main à un sans abri dans la rue

«J’ai été haï avant vous»

Edito. Les évangéliques ont été accusés de «séparatisme», au même titre que les islamistes par plusieurs responsables politiques français ces dernières semaines. Séparatistes? Un terme un peu fourre-tout parfois synonyme d’indépendantisme.

Publicité