Skip to content

Palestiniens, chrétiens et oubliés

© Alliance Presse
Saviez-vous que des chrétiens palestieniens, expulsés de Galilée en 1948, sont toujours oubliés dans des camps du Liban? Les journalistes Nathalie Duplan et Valérie Raulin racontent leur histoire dans «Le camp oublié de Dbayeh» (éd. Le Passeur). Entretien.
Eric Denimal

Quelle est l’ambiance que vous avez ressentie dans le camp de Dbayeh?
C’est une ambiance étrange, marquée à la fois par une dépression généralisée d’une communauté qui n’attend rien et n’espère rien, et par une forte propension à l’autodérision et à l’humour, ainsi que par un abandon total à Dieu.
Même si l’on ne franchit pas de barrière physique pour pénétrer dans le camp et qu’aucun drapeau palestinien n’est hissé dans les rues, on ressent fortement l’impression d’être dans un monde à part, coupé du reste du Liban. Une sorte de huis clos oppressant où l’on mesure vite que chacun ne peut compter que sur les personnes qui évoluent dans l’enceinte du camp.

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Publicité