Skip to content

Récidivistes: entre pardon et responsabilité

© Alliance Presse
Les récents meurtres de deux jeunes femmes par des récidivistes en réinsertion posent des questions de fond: faut-il encore laisser une chance à de telles personnes? Analyse
Joëlle Misson

«C’est profondément injuste. Je me révolte d’une telle situation». Les mots d’Agnès Wahli, aumônier de l’Armée du Salut à la prison de Champ-Dollon (Genève), retranscrivent l’indignation de la population face aux deux meurtres commis en Suisse romande par des criminels auxquels on avait laissé une chance de se réinsérer. Les victimes: Marie, 19 ans, assassinée en mai, et Adeline, une socio-thérapeute tuée en septembre.
Face à de telles situations, l’opinion publique hurle au scandale: «Qu’on les enferme tous!». Une réaction exagérée, pour Agnès Wahli. Elle regrette que, face à la pression, «la réponse politique se résume à punir tout le monde de façon unilatérale», alors que chaque cas est unique et nécessite un suivi et une décision appropriés. D’un extrême à l’autre, difficile de se faire un avis. Un jour, on pense: «Qu’ils ne sortent plus!». Le suivant, on nous martèle les 7000 réinsertions réussies…

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

La table ronde «Aimer son prochain, comme Christ l’aime» animée par Pierre Jova(en bas à droite) avec (de haut en bas) Monseigneur Benoit de Sinety, Luc Maroni et Joël Prohin

100% en ligne, le CEIA a cartonné

Les 23 et 24 novembre derniers ont réuni de nombreux participants autour de sujets variés et actuels: un succès qui pousse le comité d’organisation du CEIA à envisager une formule hybride à l’avenir.

Publicité