Skip to content

Les défis de la reconstruction

© Alliance Presse
Trois ans après le tremblement de terre, les Haïtiens vivent toujours dans des conditions difficiles, et le retour vers des jours meilleurs n’est pas encore une réalité. La faute notamment à l’Etat et à une diminution de l’aide internationale. Retrouvez sur ce site les autres articles de notre Gros Plan consacré à Haïti.

Dans la nuit du 24 octobre, l’ouragan Sandy frappait Haïti avant de toucher New York. Le monde en oubliait presque que la petite île caribéenne comptait elle aussi ses morts: une soixantaine, ainsi qu’une vingtaine de disparus. Après le passage de ce cyclone, et de celui d’Isaac en août, 20 000 nouvelles personnes se sont retrouvées sans abri, et un millier de nouveaux cas de choléra ont été recensés. L’état d’urgence a été décrété. Plus d’un million et demi de personnes sont menacées par l’insécurité alimentaire.
Depuis le tremblement de terre qui, il y a trois ans, a coûté la vie à plus de 300 000 Haïtiens, les secours d’urgence continuent de diminuer et les ONG sont toujours moins nombreuses. 1,1 milliard de dollars ont été versés en 2010, 211 millions en 2011 et seulement 58 millions en 2012, c’est-à-dire à peine plus du tiers des sommes attendues.

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Témoigner en paroles et en actes

Oser témoigner de l’amour de Jésus tout en revêtant l’uniforme d’infirmier et de pompier, telle est la vision d’APPS: quand les mains se mettent au service du cœur. Notre mission divine est encore actuelle

Publicité