Skip to content

La femme de Martin Luther King, héroïne de La Marelle

© Alliance Presse
«Quand nous parlons de Martin Luther King, tout le monde connaît son célèbre discours “I have a dream”. Mais nous connaissons moins sa femme. J’ai été curieuse de savoir qui elle était et intéressée de découvrir qu’elle a mis de côté sa carrière pour soutenir Martin Luther King» : dans Ma…
Samuel Maire

«Quand nous parlons de Martin Luther King, tout le monde connaît son célèbre discours “I have a dream”. Mais nous connaissons moins sa femme. J’ai été curieuse de savoir qui elle était et intéressée de découvrir qu’elle a mis de côté sa carrière pour soutenir Martin Luther King» : dans Ma vie avec Martin Luther King, le prochain spectacle de La Marelle, Flavie Crisinel incarnera Coretta King. A travers ses yeux, nous apprendrons à connaître Martin Luther : non pas le militant public, non plus le pasteur, mais le mari et le père parfois absent. Cette pièce mise en scène par Jean Chollet est inspirée du livre autobiographique éponyme, écrit par Coretta King en 1969.
Spécificité de cette pièce, la première depuis le départ d’André et Edith Cortessis : Ma vie avec Martin Luther King est une comédie musicale. La raison en est simple : Coretta King a vécu dans un univers musical, puisqu’elle a décidé, en 1956, de chanter du gospel pour soutenir son mari et lui lever des fonds. La voix de Flavie Crisinel sera accompagnée d’un quatuor composé d’un piano, d’une contrebasse, d’une guitare et de percussions.
Cette pièce est-elle destinée à attirer un nouveau public ou vise-t-elle des spectateurs issus des Eglises ? «On peut s’intéresser à la foi, à l’Eglise et avoir envie d’assister à un spectacle sur Martin Luther King», répond Jean Chollet. «Ou alors, on peut juste aimer la musique et le gospel ; ou encore considérer que les droits civiques, le racisme et le combat pour l’égalité des races aux Etats-Unis sont un fait d’histoire auquel il vaut la peine de s’intéresser, même si l’on n’a pas une passion pour la foi, l’Evangile ou Jésus-Christ». Le metteur en scène espère donc «regrouper ces différents publics», tout au long des 70 dates de la tournée, qui s’arrêtera aussi bien en Suisse qu’en France.
Maintenant qu’Edith et André Cortessis ont quitté la troupe, Jean Chollet travaille d’arrache-pied à leur trouver des successeurs. Il aspire à «une transition en douceur pour que dans deux ou trois ans, des gens nettement plus jeunes puissent reprendre le flambeau».

Samuel Maire

Christianisme Aujourd'hui

Article tiré du numéro Christianisme Aujourd’hui – octobre 2012

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Publicité