Skip to content

L’IBN, une vieille dame dynamique

© Alliance Presse
L’Institut biblique de Nogent a terminé en juin les célébrations de son 90e anniversaire. L’occasion de dresser un bilan de l’évolution de cette «vieille dame», avec son actuel directeur, Jacques Blocher
Eric Denimal

Qu’est-ce qui a poussé Ruben Saillens à ouvrir l’Institut biblique de Nogent voilà 90 ans ?
En 1920, on ressentait déjà depuis plusieurs années la nécessité d’une telle formation. Car les jeunes évangéliques, réformés, baptistes, libristes ou méthodistes qui voulaient servir Dieu comme pasteurs, évangélistes ou missionnaires, n’avaient pas de lieu où se former s’ils n’avaient pas obtenu de baccalauréat, ce qui était le cas de la plupart d’entre eux. Et les rares bacheliers refusaient de s’exposer à l’influence du libéralisme qui dominait l’enseignement des Facultés protestantes d’alors.
Ruben Saillens, parallèlement aux Conventions chrétiennes, organisait depuis 1907 des sessions de cours temporaires à Nîmes, Paris et Morges. Il avait été sollicité pour ouvrir en Suisse un Institut biblique permanent, mais il ne pensait pas mettre un terme à son ministère d’évangéliste itinérant et ne voulait pas s’expatrier. Au lendemain de la Grande Guerre, le moment était venu.

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Publicité