Skip to content

Les KidsGames, un succès au-delà des Eglises

© Alliance Presse
Comment expliquer le succès intarissable des Kids Games ? Cet été, plusieurs régions ont à nouveau été obligées de refuser du monde. Les éléments de réponse sont multiples, mais un facteur a en tout cas son importance : les Kids Games attirent un public de tous horizons, pas forcément ecclésiastiques. Dans certaines régions, la participation était même due majoritairement à des personnes «hors-Eglises», expliquent les organisateurs. A Echallens, par exemple, où les nouveaux quartiers familiaux poussent comme des champignons, «tout le monde va aux KidsGames». Histoire de profiter de cette semaine d’activités sportives, ludiques et spirituelles. Certains diront que ce succès est dû à la présence d’une Eglise évangélique importante, mais la raison principale de cet engouement général est à chercher ailleurs : le bouche-à-oreille des enfants à l’école ou dans le voisinage est passé par là. Au Val-de-Ruz aussi, la participation d’enfants ne fréquentant pas les activités des Eglises était significative, selon Paul de Montmollin, un des responsables des KidsGames en Suisse romande. Lors des finales, à Avenches, on pouvait même apercevoir quelques femmes portant un voile musulman.
Sandrine Roulet

Comment expliquer le succès intarissable des Kids Games ? Cet été, plusieurs régions ont à nouveau été obligées de refuser du monde. Les éléments de réponse sont multiples, mais un facteur a en tout cas son importance : les Kids Games attirent un public de tous horizons, pas forcément ecclésiastiques. Dans certaines régions, la participation était même due majoritairement à des personnes «hors-Eglises», expliquent les organisateurs.
A Echallens, par exemple, où les nouveaux quartiers familiaux poussent comme des champignons, «tout le monde va aux KidsGames». Histoire de profiter de cette semaine d’activités sportives, ludiques et spirituelles. Certains diront que ce succès est dû à la présence d’une Eglise évangélique importante, mais la raison principale de cet engouement général est à chercher ailleurs : le bouche-à-oreille des enfants à l’école ou dans le voisinage est passé par là.
Au Val-de-Ruz aussi, la participation d’enfants ne fréquentant pas les activités des Eglises était significative, selon Paul de Montmollin, un des responsables des KidsGames en Suisse romande. Lors des finales, à Avenches, on pouvait même apercevoir quelques femmes portant un voile musulman.

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Publicité