Skip to content

«Les milieux gays ont gagné!»

© Alliance Presse
Peut-on aujourd’hui avoir un avis critique sur la question homosexuelle ou est-ce devenu un sujet tabou? La liberté d’expression est-elle encore une réalité dans ce domaine? Un changement des mentalités et le lobbyisme gay ont transformé l’opinion publique en profondeur, nous disent les experts. Enquête.
Jérémie Cavin

«Il faut être courageux pour ne pas penser de façon politiquement correcte, d’autant que le lobby gay scrute le paysage avec attention, prêt à intervenir». «Aujourd’hui, dire que l’on est contre l’homosexualité, c’est être contre la modernité, contre la société». «On applique le principe de Rousseau selon lequel il n’y a pas de liberté pour les ennemis de la liberté». Michel Johner (professeur d’éthique à la Faculté Jean Calvin), Werner Lœrtscher (de Torrents de Vie) et Bertrand Rickenbacher (philosophe), ont tous la même analyse: il est devenu difficile aujourd’hui de se prononcer contre les revendications homosexuelles sans être taxé d’homophobe.
C’est ce que constatait déjà l’Alliance évangélique suisse (AES) qui, en 2002, écrivait dans une lettre au Conseil fédéral: «Des personnes qui, sur la base de leur vision du monde, ne considèrent pas l’homosexualité comme une variante de la sexualité humaine mais comme une rupture par rapport au projet de Dieu, voient leur liberté à soutenir publiquement une telle opinion restreinte.»

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Publicité