Skip to content

Nouvelle association d’Eglises

Des Eglises du canton de Vaud, isolées sur le plan national, se sont mises ensemble dans une nouvelle association: l'AVEE. Explications
Christian Willi

Les Eglises évangéliques rattachées à des unions d’Eglises à l’étranger se sont regroupées au sein de l’Association vaudoise d’Eglises évangéliques (AVEE). Ensemble avec les trois communautés de la Fraternité chrétienne, elles souhaitent ainsi être mieux représentées auprès des autorités et institutions religieuses du canton, dont la FEV.
A l’origine de la démarche, une redéfinition de la collaboration des Eglises de la Fraternité chrétienne, suite à la dissolution de leur association, en 2007, et une aspiration de plusieurs Eglises connectées sur le plan international, mais isolées sur sol vaudois. «La réflexion suscitée par la réorganisation des Eglises de la Fraternité chrétienne convergeait avec notre aspiration», explique Marc Walther, pasteur de «Joie dans la Cité» à Lausanne.
Les membres fondateurs ont été rejoints par l’Eglise C3, liée à un mouvement d’origine australienne, l’Eglise MCI, née d’un réseau colombien, et l’Eglise «La Promesse», à Payerne. Michael Mutzner, porte-parole du RES, salue l’initiative: «Nous encourageons toujours les Eglises à intégrer une union.»
L’AVEE a opté pour une collaboration light, dixit son président Stéphane Stoll, pasteur de la Fraternité chrétienne d’Yverdon: «Nous allons privilégier les rencontres entre responsables». Seule exception, un soutien financier désormais commun aux deux aumôniers d’hôpitaux que la Fraternité chrétienne finançait déjà en partie. L’AVEE représente 800 chrétiens. Elle ne cherche pas forcément à se développer, mais ne ferme pas la porte à d’autres intéressés.

Christian Willi

Publicité

Christianisme Aujourd'hui

Article tiré du numéro Christianisme Aujourd’hui – février 2012

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez gratuitement de l'accès aux articles web réservés aux abonnés pendant 14 jours.

Le 23 juin 1940, au Chambon-sur-Lignon (Haute-Loire), le pasteur protestant André Trocmé est le premier responsable spirituel français à prendre position après la capitulation du maréchal Pétain devant les Nazis. Ici avec son épouse Magda.

Il était une foi… André Trocmé

Le 23 juin 1940, au Chambon-sur-Lignon (Haute-Loire), le pasteur protestant André Trocmé est le premier responsable spirituel français à prendre position après la capitulation du maréchal Pétain devant les Nazis. Ses mots...

Publicité