Skip to content

Accueillir la différence

L’association Emmanuel, gérée par un couple œcuménique, mène une action unique en son genre: confier en adoption des enfants handicapés. Une alternative à l’avortement qui force le respect
Natacha Horton

«C’est une façon de donner une voix à ces enfants et d’offrir une solution à ces parents», confie Mireille Udriot. Depuis vingt-cinq ans, l’association Emmanuel SOS Adoption Suisse, qu’elle dirige avec son mari Charles, a permis l’adoption de 75 enfants handicapés physiques ou mentaux, dont quinze nés en Suisse et une trentaine trisomiques. Le couple valaisan a vécu ce qu’il encourageait: Charles et Mireille ont onze enfants, trois «faits maison» et huit adoptés qui ont différents handicaps, dont certains lourds.

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Publicité