Skip to content

Bien préparer sa vieillesse

Avec «Bien vieillir» (Ed. Farel), Monique de Hadjetlaché, psychiatre nîmoise retraitée et femme de pasteur, propose d’anticiper l’automne de sa vie. Entretien
Natacha Horton

Pensez-vous qu’on envisage trop tard la vieillesse, dans le monde actuel?
Notre société est dans l’immédiateté, dans l’idée du «tout est possible» et dans une idéalisation de la jeunesse. Une telle façon d’envisager la vie évacue pour certains la question de la finitude, du vieillissement ou de la mort. Mais cela varie selon les familles et ce que l’on a construit.
La dimension collective et d’appartenance est essentielle et elle ressurgit dans la fin de vie. On retrouve les besoins essentiels qu’on avait à son début: les attaches, la sécurité. Entre deux, dans l’âge adulte, on a plutôt tendance à se construire. La crainte du vieillissement sera d’autant plus présente si l’identité s’est fondée principalement sur un certain statut développé durant cette période, comme celui de chef d’entreprise, qui a amené une forme de reconnaissance et sera perdu à la retraite.

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Jésus cloué sur la croix.

Jésus a connu la solitude du martyre sur la Croix

Les personnages bibliques ont vécu la solitude. Comment s’inspirer de leur exemple pour éviter une solitude destructrice, mais supporter celle nécessaire et fructueuse? Quelques pistes avec Dany Hameau, prédicateur itinérant, auteur et enseignant à l’Institut…

Il était une foi… Anya

Dans les pays d’Asie centrale, la femme trouve et prouve sa valeur en ayant des enfants. Née au sein d’une famille baptiste originaire de Russie, dans un de ces pays issus de l’ex-Union soviétique, Anya…

Publicité