Skip to content

Victime des Khmers, elle leur a pardonné

© Alliance Presse
L'ethnologue français François Bizot a estimé qu'il n'y avait «pas de pardon possible» pour Douk. Ces propos ont été tenus dans le cadre du procès de l'ex-tortionnaire des Khmers rouges, parrainé par l'ONU, où le Français était cité comme témoin. En effet, François Bizot a été détenu quelques mois, au milieu des années 70, dans un camp que dirigeait Douk. En démenti, Shanta, Cambodgienne de France, est la seule survivante de sa famille mais elle n'a plus de rancœur. Elle s'est échappée d'un camp de travail à la suite d'un malentendu avant de découvrir la foi chrétienne dans une Eglise de Bangkok où elle s'est réfugiée. En plein génocide, Dieu avait déjà commencé à lui parler
Céline Schmink

Une femme discrète et souriante. Couturière installée en France depuis les années 80, Shanta s’essaie avec bonheur au stylisme et à la mode parisienne. Ses créations de soie, colorées, rappellent les costumes traditionnels de son pays natal: le Cambodge. Une terre de rizières, située entre la Thaïlande et le Vietnam, parsemée de palmiers à sucre et de plaines verdoyantes baignées par un Mékong sauvage et exotique. «La capitale, Phnom Penh, était considérée jadis comme la ville la plus attrayante de l’Indochine française», soupire-t-elle.

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Publicité