Skip to content

Mécano du rail et chrétien

Ils servent leur prochain par leur travail. Chaque mois un témoin
Céline Schmink

Chaque dimanche matin, Jon se rend dans son Eglise, une Bible dans une main et une boîte à outils dans l’autre. Et ils sont nombreux à profiter de ses dons de réparateur et d’électricien. Du chauffe-eau qui grille aux plombs qui sautent, du réveil-matin qui retarde au moteur diesel qui s’étouffe, aucun matériel défectueux ne lui résiste longtemps. Cela fait vingt ans que ce Français d’origine roumaine est artisan électricien dans le monde du rail.
–CREDIT–
Depuis sept ans, ce passionné de belles locomotives exerce son art sur les trains, remettant sur le rail michelines et wagons capricieux. Ce métier, appris sur le tas, est devenu pour lui un jeu de construction et de reconstruction permanentes. Il explique: «Je me souviens de ma première intervention sur l’un de ces engins qui me semblait alors titanesques. J’étais impressionné». Observé par l’un de ses supérieurs, il sait qu’il n’a pas le droit à l’erreur. Il prie intérieurement pour arriver à réparer le «monstre». Finalement, l’animal mécanique se laissera dompter, le premier d’une longue série. Les génératrices effrayantes sont devenues pour Jon des génératrices de bonheur, bien qu’elles nécessitent un savoir-faire rare et une polyvalence totale en électricité, mécanique et science pneumatique. Jon le fait remarquer, le «pneuma» (l’Esprit, en grec) n’est jamais loin.
«Je me sens accompagné dans ma tâche mais revenons sur terre, mon métier n’a rien de romanesque», lance-t-il. Ils ne sont qu’une poignée en France et en Europe à lifter, de leurs mains, des trains classiques en trains de chantier dont la mission première reste de porter secours en cas de détresse sur les voies ferrées. Un aspect important du métier, pour Jon, naturellement enclin à aider son prochain.
Jon, pour qui approche l’heure de la retraite, projette de faire évoluer son art et son amour du rail au niveau local. «Le train tiendra toujours une place privilégiée», assure-t-il. En attendant, il se fortifie dans la prière pour que, dans son Eglise comme auprès des gens, le courant continue de passer.
Céline Schmink

Christianisme Aujourd'hui

Article tiré du numéro Christianisme Aujourd’hui – avril 2009

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Publicité