Skip to content

Porteurs d’espoir : aimer en vérité

Émanation d’une Église évangélique parisienne, cette association à vocation sociale fait une différence à la fois dans le quartier et dans le coeur des bénévoles. Dans cette rubrique, chaque mois, une nouvelle initiative
Natacha Horton

«Nous avons été accueillis avec humanité. Nous arrivions d’Algérie avec nos enfants. Je suis tombée sur cette Église. Ils nous ont ouvert leur porte comme si nous étions de la famille. Ils nous ont aidé pratiquement et moralement». Souhila, quarante-deux ans, est reconnaissante. Les gens dont elle parle font partie de l’Église ADD Paris XVe. Elle a bénéficié du soutien de cette communauté mais aussi d’une association, Porteurs d’Espoir: une identité distincte, mais des collaborateurs communs. Porteurs d’Espoir naît en 2002 dans le coeur du pasteur de l’Église, Oral Hatava, et de ses collaborateurs. Après une visite dans un hôpital désaffecté où des enfants vivent dans des conditions déplorables, un désir grandit de s’impliquer auprès de ces familles, pour la plupart demandeuses d’asile. Un premier Noël y est célébré. Puis ce sont des fêtes de grande envergure qui sont organisées quatre fois l’an. À Noël, 250 bénévoles sont impliqués, 1200 cadeaux distribués : des invendus ou des articles donnés par des sociétés sollicitées pour du sponsoring. «Nous ne voulons pas offrir quelque chose que nous n’offririons pas à nos propres enfants», souligne Elisabet Dominguez, présidente de Porteurs d’Espoir et assistante d’Oral Hatava.Parmi les bénévoles, des membres de l’Église et d’autres communautés, mais aussi des gens qui ont bénéficié ou bénéficient de l’aide de Porteurs d’Espoir. Mais on ne fait aucune différence : on s’implique. C’est le cas de Souhila, qui participe à la distribution hebdomadaire de colis alimentaires et de ses enfants, qui font partie du spectacle de Noël.Le reste de l’année, Porteurs d’Espoir entretient un lien étroit avec les familles qu’elle côtoie. À l’heure actuelle, pas loin de 400 familles sont concernées. En dehors des activités proposées aux enfants, la mission de l’organisation composée d’une vingtaine de membres réguliers est avant tout d’offrir une écoute. Un leitmotiv est au coeur du projet : «aimer en action et en vérité». «Après une fête organisée à Pâques en 2004, nous avons invité les gens à l’Église», raconte Oral Hatava, responsable depuis quatorze ans de cette communauté d’un peu plus de cent membres. «La salle était pleine. Nous organisons tous les dimanches après-midi des réunions pour eux et pour les enfants ; c’est clairement l’Église qui invite. Les gens amènent leurs amis. Ils viennent parfois de loin. Nous partageons l’Évangile et prions pour les besoins exprimés.» Parmi les 300 à 400 familles qui visitent régulièrement l’Église, la quasi-totalité est musulmane. «Des relations de confiance se créent. Nous prions souvent avec nos amis musulmans. Ils sont très ouverts. C’est beau de voir les fruits, les réponses de Dieu aux prières, leur cheminement.»La vision de Porteurs d’Espoir a aussi pénétré le coeur de l’Église, observe Oral Hatava. «J’ai été agréablement surpris de voir qu’on arrivait à mobiliser tant les jeunes que les aînés ! Ils vont jusqu’au bout de leurs forces. Une de nos bénévoles a 96 ans !». Cette implication porte du fruit. «Je me sens chez moi», conclut Souhila.

Natacha Horton

Publicité

Christianisme Aujourd'hui

Article tiré du numéro Christianisme Aujourd’hui – Décembre 2008

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Jésus cloué sur la croix.

Jésus a connu la solitude du martyre sur la Croix

Les personnages bibliques ont vécu la solitude. Comment s’inspirer de leur exemple pour éviter une solitude destructrice, mais supporter celle nécessaire et fructueuse? Quelques pistes avec Dany Hameau, prédicateur itinérant, auteur et enseignant à l’Institut…

Il était une foi… Anya

Dans les pays d’Asie centrale, la femme trouve et prouve sa valeur en ayant des enfants. Née au sein d’une famille baptiste originaire de Russie, dans un de ces pays issus de l’ex-Union soviétique, Anya…

Publicité