Skip to content

Témoigner du Christ aux enfants musulmans n’est pas une tâche impossible

© Alliance Presse
Pasteur-évangéliste et président de l’Association des Nord-Africains chrétiens de France, Saïd Oujibou met en garde contre les quelques bévues à éviter
Saïd Oujibou

Dans les années soixante-dix, j’étais enfant d’immigrés, déracinés et isolés. Aucune structure associative n’existait et aucun loisir, si ce n’est payants et donc difficilement accessibles à mes parents. Nous étions livrés à nous-mêmes. L’oisiveté régnait.
Un jour, nous avons vu arriver des bonnes sœurs catholiques qui nous ont proposé des activités d’animations en dehors des quartiers.
Cela a été pour moi une bouffée d’oxygène, un épanouissement physique et moral. En plus, sortir de notre quartier ghettoïsé nous permettait de rencontrer d’autres personnes. C’était tellement riche?! En fait, c’est cela qui évitait la crispation identitaire. Jusqu’à aujourd’hui, j’ai été marqué par le caractère et la sérénité de ces bonnes sœurs?: toujours le sourire, aucune parole de condamnation. Ça changeait du quartier?!
Cette expérience me pousse à une réflexion sur ma propre foi, sur cette découverte du christianisme sans prosélytisme. Les bonnes sœurs ont su me transmettre des valeurs chrétiennes à travers des choses simples et ludiques?: le respect, la politesse, le partage.

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Femme médecin l'air grave regardant à travers une fenêtre

Obligés de pratiquer des avortements?

Le projet de loi adopté en première lecture le 8 octobre étend le délai pour réaliser une IVG à quatorze semaines et en supprime la clause de conscience. Une décision qui heurte les consciences. Le…

Publicité