Skip to content

Ces bénévoles qui donnent du bonheur aux aînés

Des chrétiennes interviennent en institution dans plusieurs disciplines. Galerie de portraits
Natacha Horton

Élisabeth, esthéticienne
«Je me sens une dame maintenant !», s’exclame Suzanne, 80 ans passés, en sortant de sa séance de soins esthétiques. Comme les autres pensionnaires de cette maison de retraite située en région lyonnaise, Suzanne est une privilégiée : chaque semaine, Élisabeth Coste, une esthéticienne bénévole, vient leur proposer un moment de bien-être et de détente. Soins du visage, des mains, pose de maquillage, épilation, massage de la nuque et des épaules, le tout sur fond de musique, Élisabeth Coste est à l’écoute des besoins et des souhaits des résidentes.
Ses services sont extrêmement appréciés. «Cela fait peut-être des années qu’elles n’ont pas été touchées. Pourtant, la vie affective ne meurt pas. Mes gestes leur rappellent des gestes de leur enfance», explique Élisabeth Coste. Après leur séance, les dames ont plus d’énergie et sont plus ouvertes à la vie communautaire.
«La semaine dernière», raconte l’esthéticienne, «je suis allée chercher une dame presque centenaire et aveugle pour sa séance. Nous avons croisé une soignante qui lui a demandé : “Alors, Marie-Clara, vous allez vous faire belle ?”. Ma patiente a alors répondu: “Non, je vais me faire un soin pour le moral!”»
–CREDIT–
Ces moments en tête-à-tête sont favorables aux discussions. Les dames racontent leur vie à la maison de retraite et leur histoire personnelle. Elles sont aussi curieuses de savoir ce que vit leur bienfaitrice. Celle-ci leur parle alors de sa foi et lorsque l’une d’elles n’est pas en forme, elle propose de prier pour elle avec son groupe de prière. De même, lorsqu’elle masse une personne, Élisabeth Coste formule cette requête silencieuse : «Viens la rejoindre dans ce qu’elle vit, Seigneur!»
Cela fait huit ans que la Française s’est mise au service des personnes du troisième âge. Maman de deux enfants, dont une fille trisomique, elle reconnaît que le handicap de celle-ci l’a aidée à s’ouvrir à la différence. Une fois par quinzaine, Élisabeth Coste se rend également dans une maison pour personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. Et bientôt, elle mettra ses mains et son cœur au service des sans-abris en réinsertion.
Sandrine Roulet

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Jésus cloué sur la croix.

Jésus a connu la solitude du martyre sur la Croix

Les personnages bibliques ont vécu la solitude. Comment s’inspirer de leur exemple pour éviter une solitude destructrice, mais supporter celle nécessaire et fructueuse? Quelques pistes avec Dany Hameau, prédicateur itinérant, auteur et enseignant à l’Institut…

Il était une foi… Anya

Dans les pays d’Asie centrale, la femme trouve et prouve sa valeur en ayant des enfants. Née au sein d’une famille baptiste originaire de Russie, dans un de ces pays issus de l’ex-Union soviétique, Anya…

Publicité