Skip to content

Diversifier ou mourir

Denis Guillaume, directeur de la Librairie 7ici à Paris
La rédaction

Le livre résiste bien aux évolutions des modes de consommation et la littérature chrétienne garde toute sa place dans le paysage religieux francophone. Toutefois, les modalités de diffusion ont beaucoup évolué et la question se pose de la place de la librairie traditionnelle au milieu des autres supports de distribution du livre. La librairie chrétienne doit-elle se diversifier ou, au contraire, se spécialiser?
Un certain nombre se transforment en librairies générales pour n’offrir plus qu’un modeste rayon religieux. D’autres se diversifient vers le commerce équitable ou des services complémentaires.
Il y a une alternative: rester, essentiellement, des librairies. Cette option implique que la librairie s’ouvre à un lectorat plus large qu’une clientèle de «convaincus».
–CREDIT–
Ce positionnement, alors qu’il aurait besoin du soutien «militant» des chrétiens est parfois incompris. On s’étonne que tel ou tel livre soit présenté dans la librairie «évangélique». Il s’agit parfois d’ouvrages qui s’inscrivent dans une culture différente de la culture dominante par exemple, les livres qui touchent aux questions de «délivrance» et qui sont issus des cultures africaines. Il s’agit également de livres aux thèses «libérales», d’ouvrages catholiques ou encore d’essais et de romans dont l’intérêt «spirituel» n’est pas immédiatement évident.
Faut-il présenter, en librairie chrétienne, uniquement des ouvrages qui auraient reçu «l’imprimatur» évangélique ? C’est une conception datée, teintée de sectarisme et qui infantilise le client, capable de discernement. La foi peut aussi se fortifier dans l’épreuve, la confrontation, l’adversité et l’ouverture à l’autre, nécessairement différent. Ainsi, le libraire effectuant des choix, en fonction d’un projet, la librairie chrétienne donne à découvrir, à penser, à débattre.
Ce modèle de librairie s’adresse à un lectorat chrétien, suffisamment nombreux pour assurer la pérennité économique du magasin mais, en même temps à un public plus large qui, retrouvant quelques-uns de ses repères culturels habituels, est confronté à une littérature qu’il ne trouve pas ailleurs: biographies, histoire du protestantisme, vulgarisation théologique ou spiritualité, par exemple.
Ainsi la librairie chrétienne trouve une place dans la société globale sans se marginaliser et répond à sa fonction culturelle et religieuse.

Christianisme Aujourd'hui

Article tiré du numéro Christianisme Aujourd’hui – Avril 2008

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

La bénédiction de Jacob par Isaac, un tableau de Govert Flinck

Quiz : Ruses et coups bas bibliques

1) Jacob vole la bénédiction d’Esaü en s’habillant avec les vêtements de son frère aîné et… a) En se rasant entièrement les cheveux b) En se couvrant d’une peau de chevreau c) En imitant le…

Publicité