Skip to content

Un génocidaire repenti face à ses juges

© Alliance Presse
Douk a été le tortionnaire en chef du régime khmer rouge. Devenu chrétien en 1995, il est le premier à comparaître au tribunal spécial de l’ONU, 30 ans après
Joël Reymond

«Je suis né le 17 novembre 1942. J’ai quatre enfants. Profession? Enseignant». Dans la salle du Tribunal spécial Khmers rouges en banlieue de Phnom Penh, ce 20 novembre 2007, c’est un petit vieillard en chemise blanche qui se tient devant la cour. Kang Kek Ieu joint les mains, geste courant en Asie pouvant évoquer tout à la fois la prière, le respect ou peut-être la pitié qu’on demande. Cette pitié, il l’a lui-même refusée aux seize mille compatriotes qui sont morts sous ses ordres alors qu’il dirigeait le centre de torture de Tuol Sleng, un ancien lycée en plein centre de la capitale. Car Kang Kek Ieu, connu alors comme le «Camarade Douk», a «régné» quatre ans sur cet enfer terrestre, d’avril 1975 à janvier 1979, pendant la terrible période de la dictature khmer rouge. Il était le «frère numéro six», le numéro six du régime, en charge de l’interrogatoire des dissidents, espions et autres opposants présumés. Il est aujourd’hui premier à comparaître et le seul à avoir exprimé des regrets et promis de faire toute la lumière sur le passé.
–CREDIT–

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

La candidature d'Isabelle Graesslé à la tête de l'EERS, les bonnes nouvelles de Timothy Keller, le décès de l'ancien tortionnaire khmer rouge Douch, la foi d'Olivier Giroud...

Ils font l’actualité

La candidature d'Isabelle Graesslé à la tête de l'EERS, les bonnes nouvelles de Timothy Keller, le décès de l'ancien tortionnaire khmer rouge Douch, la foi d'Olivier Giroud...

Ils font l’actualité

Jonathan Isaac: la réponse est Jésus Contrairement à ses coéquipiers et adversaires, le basketteur Jonathan Isaac, ailier de l’Orlando Magic ne s’est pas agenouillé pendant l’hymne américain le 31 juillet, avant le match contre Brooklyn.…

Publicité