Skip to content

L’actualité qui mérite votre attention

- Le dimanche banalisé - Banlieues françaises: rien n’est résolu - Des cellules souches sans embryon - Pas de répit pour les films fantastiques - Le Sénat américain serre la vis aux télévangélistes - Annapolis : ce qu’on ne vous a pas dit - Kurdistan moins sûr pour les chrétiens - Percée scientologue en Espagne - Les places financières en sursis
La rédaction

Le dimanche banalisé
En France comme en Suisse, l’ouverture des commerces le jour du Seigneur gagne petit à petit du terrain. Personne ne conteste que le travail dominical est indispensable dans de multiples secteurs (santé, transports, etc.). Pourtant, l’ouverture dominicale des commerces est une étape symbolique forte. D’une part elle emploie un nombre de personnes élevé et de l’autre, son utilité, le dimanche, n’est pas démontrée.Le parlement helvétique s’est prononcé en faveur de l’ouverture des commerces, quatre dimanches par an. En 2005, le Peuple suisse avait déjà accepté du bout des lèvres (50,6%) l’ouverture dominicale des commerces dans les gares et les aéroports. En France, c’est la commission Attali pour la croissance qui préconise une libéralisation du commerce dominical.L’alliance inhabituelle entre la gauche syndicaliste et les chrétiens pour s’opposer à cette libéralisation peut surprendre. Elle met en évidence deux enjeux de ce changement culturel, à savoir la défense du travailleur et celle du jour du repos et du culte communautaire.

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Publicité