Skip to content

L’été revient, les flirts aussi

Il fait beau, il fait bon. Les vacances, le soleil, le ciel bleu, les plages, voilà le temps revenu, selon les «people», des amours d’été! Rencontrer le véritable amour et s’unir dans une relation solide, vraie, forte et définitive est hors de portée. Alors, butinons, d’autant qu’on ne vit qu’une…
Hugues Not

Il fait beau, il fait bon. Les vacances, le soleil, le ciel bleu, les plages, voilà le temps revenu, selon les «people», des amours d’été! Rencontrer le véritable amour et s’unir dans une relation solide, vraie, forte et définitive est hors de portée. Alors, butinons, d’autant qu’on ne vit qu’une seule fois!
Nous rêvions bien de l’amour qui nous a portés sur terre et qui nous a montré certaines pistes bonnes à suivre. Nous avions ainsi habillé nos espérances des amours de nos parents, moulés dans une éducation qui montrait le couple comme un exemple à imiter, une union parfaite à recopier. Nous étions prêts à vivre l’expérience.
Mais le jeune ouvre un peu les yeux et découvre que la réalité est fort différente. L’adulte éveillé reçoit alors ses premières claques de frustration. Les parents divorcent (parfois les siens), et même dans les Églises, les valeurs ne semblent plus suffisantes pour sauver le mariage de la dérive populaire. Que reste-t-il alors à montrer aux enfants?
–CREDIT–
Comment ne pas saisir soudain que la désespérance des jeunes prend simplement sa source dans les images et les vécus que nous leur imposons? Ce que nous voulions vivre, n’était-ce qu’un leurre?
Nous proposons des modèles inspirés par l’Écriture, mais nous prouvons par nos échecs en ce domaine, comme en bien d’autres, que nous ne parvenons pas à suivre nos propres références. Il faut peut-être arrêter de moraliser les projets, de fantasmer les espérances. Il faut oser repartir à zéro, tout reformater et renaître différemment: revenir dans un monde réel où rien n’est facile, mais où tout peut être retrouvé. Il faut surtout refuser de calquer sa vie et ses envies sur le monde des magazines. Les liaisons liées et déliées à l’infini restent dangereuses. L’amour y est mortifère au lieu de porter en ses flancs la richesse d’une relation constructive.
C’est parce que nous avons cherché des images mondaines de l’amour que nous avons été séduits par le mensonge et finalement succombé à la tentation de la facilité et de l’égoïsme. Contaminés par l’ambiance générale, nous nous sommes éloignés des préceptes divins et nous nous étonnons que nos enfants ne croient plus en l’Amour. Les parents mangent toujours des raisins amers et ce sont les dents des enfants qui sont abîmées.
S’il fait beau, s’il fait bon, attention aux errances de l’été!

Hugues Not

Christianisme Aujourd'hui

Article tiré du numéro Christianisme Aujourd’hui – Juillet-Août 2007

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Un homme regardant un match de football à la télévision, bien installé dans son canapé.

Participants ou spectateurs?

Sur un terrain de football, en politique ou en Eglise, l'émotion et l'engagement ne sont pas identiques que l'on soit sur le terrain ou un pas de côté à observer. L'édito de la rédaction.

Publicité