Skip to content

L’Église jeune et ses questions

En dépit de son attrait d’Église jeune, ICF ne rencontre pas un succès sans partage. De fait, Micky Conod, co-pasteur d’ICF-Bâle constate «une perte de 20% de jeunes ayant grandi dans une famille chrétienne.» Forts de ce constat, il convient de s’interroger sur la fréquentation des jeunes par rapport aux structures développées par ICF. D’une communauté à l’autre, le bilan est plus ou moins unanime: Cyril H.*, pasteur d’ICF-Lausanne, relève que les jeunes les plus réguliers sont ceux qui participent à un petit groupe, puisque la condition pour y participer est d’y venir fidèlement; à noter aussi que c’est le véritable lieu de célébration chrétienne, alors que les cultes visent plutôt les non-chrétiens. En ce qui concerne ICF-Genève, le pasteur Matthias Bölsterli confirme cette tendance. À Bâle, Micky Conod constate cependant que la fidélité des jeunes s’applique à l’Église en général et pas seulement aux groupes. Selon les responsables d’ICF, la culture du tourisme ou du «zapping» explique en partie le manque d’assiduité des gens. Certains ont tendance à venir une fois puis à réapparaître trois mois plus tard. --CREDIT-- Micky Conod souligne également que la présence ou l’absence de certains styles musicaux peut influencer l’intérêt des jeunes à venir ou non à l’Église: «Certains se définissent par la musique qu’ils écoutent. S’ils ne trouvent pas la musique qu’ils aiment ou si celle-ci n’est pas prise au sérieux, il est probable qu’ils ne reviendront pas. Par exemple, nous ne sommes pas encore très au point pour atteindre les jeunes qui s’intéressent à la culture hip hop.»
Rebecca Piaget

En dépit de son attrait d’Église jeune, ICF ne rencontre pas un succès sans partage. De fait, Micky Conod, co-pasteur d’ICF-Bâle constate «une perte de 20% de jeunes ayant grandi dans une famille chrétienne.»
Forts de ce constat, il convient de s’interroger sur la fréquentation des jeunes par rapport aux structures développées par ICF.
D’une communauté à l’autre, le bilan est plus ou moins unanime: Cyril H.*, pasteur d’ICF-Lausanne, relève que les jeunes les plus réguliers sont ceux qui participent à un petit groupe, puisque la condition pour y participer est d’y venir fidèlement; à noter aussi que c’est le véritable lieu de célébration chrétienne, alors que les cultes visent plutôt les non-chrétiens. En ce qui concerne ICF-Genève, le pasteur Matthias Bölsterli confirme cette tendance. À Bâle, Micky Conod constate cependant que la fidélité des jeunes s’applique à l’Église en général et pas seulement aux groupes.
Selon les responsables d’ICF, la culture du tourisme ou du «zapping» explique en partie le manque d’assiduité des gens.
Certains ont tendance à venir une fois puis à réapparaître trois mois plus tard.
–CREDIT–
Micky Conod souligne également que la présence ou l’absence de certains styles musicaux peut influencer l’intérêt des jeunes à venir ou non à l’Église:
«Certains se définissent par la musique qu’ils écoutent. S’ils ne trouvent pas la musique qu’ils aiment ou si celle-ci n’est pas prise au sérieux, il est probable qu’ils ne reviendront pas. Par exemple, nous ne sommes pas encore très au point pour atteindre les jeunes qui s’intéressent à la culture hip hop.»

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Lygon Stevens

Il était une foi… Lygon Stevens

Peu avant son accident mortel, Lygon Stevens avait écrit ces mots poétiques et prometteurs: «Je suis une œuvre d’art signée de la main de Dieu. Mais elle est inachevée; en fait il vient à peine…

Publicité