Skip to content

Les pasteurs face à la protection des homosexuels

Malgré la récente condamnation d’un député français, il faut continuer de réaffirmer les normes bibliques. Un pasteur spécialiste explique comment
Philippe Auzenet

Dans notre pays de France, la perception de l’homosexualité vit un tournant historique. La situation est grave suite à la condamnation récente d’un député, Christian Vanneste, qui a affirmé dans la presse et sans aucune intention de nuire, que l’homosexualité était «inférieure» à l’hétérosexualité et, même, «si on la poussait à l’universel, dangereuse pour l’humanité».
D’un côté du ring, il y a les associations gays militantes, qui veulent hisser l’homosexualité au rang de l’hétérosexualité et qui font œuvre de vigilance par rapport à l’homophobie, ce qu’on peut comprendre. Elles portent plainte au moindre propos public suspect.
De l’autre côté, il y a des chrétiens courageux de tout bord qui, après une profonde réflexion, se distancient de l’homophobie (la haine de l’homosexuel) mais revendiquent aussi la liberté de pensée, de conscience, d’opinion et de prise de parole au sujet de la pratique de l’homosexualité, car elle s’est à ce point banalisée que même de jeunes hétéros l’essaient désormais comme un «plus». C’est devenu une mode, une culture.
–CREDIT–
La personne définie par sa sexualité
Comment concilier une prise de position éthique biblique sur le thème de l’homosexualité qui serait publique sans enfreindre désormais les lois françaises? Selon le jugement condamnant le député Vanneste, «l’orientation sexuelle n’est pas seulement un comportement mais définit également la personne et doit par là même être protégée contre des propos injurieux qui sont contraires à la dignité». Désormais donc, si l’on est contre la pratique de l’homosexualité et qu’on l’affirme publiquement, on risque une condamnation pénale sous le régime de la Halde.
Tout chrétien ou ministre du culte qui affirmera publiquement que «l’homosexualité est une déviance, un dysfonctionnement de la sexualité hétérosexuelle» (parole de psychanalystes), que «l’homosexualité ne peut pas être érigée comme modèle social, ni comme modèle d’identification, ni comme référence parmi d’autres sur laquelle la société pourrait se construire» (position du Conseil Permanent Luthéro-Réformé), que «les actes homosexuels sont intrinsèquement désordonnés et ne peuvent en aucun cas recevoir quelque approbation» (Évêques de France), que «les pratiques homosexuelles sont incompatibles avec la volonté de Dieu» (Alliance Évangélique Française) pourra se voir traduire en justice si des associations ou personnes physiques présentes dans la salle se sentent injuriées et portent plainte.

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Publicité