Le post de Jean-Luc Gadreau

Run et The Disappearance of Eleanor Rigby

Run et The Disappearance of Eleanor Rigby
 
17.05.14 - Il est étonnant parfois de regarder deux films à la suite pendant le Festival et les voir se répondre l’un à l’autre dans des contextes et cultures totalement différents. Ce fut le cas aujourd’hui avec Run et The Disappearance of Eleanor Rigby.
Après avoir apprécié l’univers de Timbuktu qui nous transportait au Nord Mali au cœur de l’invasion Djihadiste, Run réussit aussi sa présentation Cannoise comme deuxième film africain et plus précisément ivoirien (réalisé par le franco-ivoirien Philippe Lacôte). Cette fois-ci ce sont les conflits politiques et militaires à Abidjan qui servent de toile au début de l’histoire qui nous est racontée. En voici d’ailleurs le résumé : Run s’enfuit… Il vient de tuer le Premier ministre de son pays. Pour cela, il a dû prendre le visage et les vêtements d’un fou, errant à travers la ville.
Sa vie lui revient par flashes ; son enfance avec maître Tourou quand il rêvait de devenir faiseur de pluie, ses aventures avec Gladys la mangeuse et son passé de milicien en tant que Jeune Patriote, au coeur du conflit politique et militaire en Côte d’Ivoire. Toutes ses vies, Run ne les a pas choisies. À chaque fois, il s’est laissé happer par elles, en fuyant une vie précédente. C’est pour ça qu’il s’appelle Run.

Si la question des choix était sous-jacente dans plusieurs films dont je vous ais déjà parlé, là elle revient mais autrement. Bien sûr Run est amené comme chaque être humain à faire aussi des choix, mais pour lui, ils deviennent souvent des nécessités vitales. Comme des basculement bruts dans une autre vie, dans un autre rôle qui chaque fois l’amène à un moment donné à choisir la fuite comme échappatoire.

Si le poème de mon enfance de Paul Fort me revient là à l’esprit - Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite. Le bonheur est dans le pré, cours-y vite. Il va filer – il n’en est pourtant pas tout à fait ainsi pour Run. Ce n’est pas une course véritablement après le bonheur, mais une fuite pour survivre, pour chercher à exister. Mais finalement, est-ce vraiment la solution ?

L’un des personnages de The Disappearance of Eleanor Rigby justement répond à cette question précisément en disant à El (jouée magnifiquement par Jessica Chastain) que la fuite n’est jamais la solution… que la fuite amène une autre fuite, et toujours et encore une autre (comme si, justement, il venait de voir Run, ce qui était précisément mon cas, et en avait tiré sa propre leçon). Dans ce film américain, ce n’est plus un jeune homme mais un couple El et Conor qui doivent soudainement faire face à une situation de crise. Situation qui se dévoile délicatement et progressivement tout au long du film. Et si El comme Run croient que la fuite est une solution, elle sera rapidement conduite à réfléchir et revoir peut-être sa copie.

Je ne voudrai pas vous en dire trop sur ce film pour ne rien dévoiler de l’histoire et vous laisser le plaisir de le découvrir. Je dis bien plaisir, car The Disappearance of Eleanor Rigby est bel et bien mon premier gros coup de cœur de ce 67ème Festival. Voilà un film dont on ne sort pas indemne. Le couple, la famille, la parentalité sont là des thèmes de fond qui sont abordés avec beauté, élégance, émotion. Comment survivre à l’impensable, Comment continuer et aimer ?... De plus, les dialogues sont savoureux et tellement intelligents… on rit, on fait silence intérieur, on sourit, on laisse parfois évidemment l’émotion monter. Et quand on pense qu’il s’agit du premier film de Ned Benson, on se dit alors qu’une Caméra d’Or serait bien méritée le jour du palmarès, même si nous ne sommes que le quatrième jour du Festival.

S'abonner Toute l'actualité du jour

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © Alliance Presse
 
L'auteur
Pasteur, artiste et critique cinéma, Jean-Luc Gadreau suit la scène culturelle de près.

Envoyé spécial du Christianisme Aujourd'hui à Cannes, il nous fait vivre cet événement au quotidien et reviendra sur l'événement dans les colonnes du Christianisme Aujourd'hui.
 
Dans le même blog
 

x