L'article

«Zombie»: The Cranberries

«Zombie»: The Cranberries
 
19.11.18 - Ces Hits entrés dans l'histoire.
Malgré son titre, ce morceau n’est pas une référence aux films peuplés de morts-vivants. La chanteuse irlandaise des Cranberries, Dolores O’Riordan, a écrit Zombie à propos de la violence qui a ensanglanté son pays et le Royaume-Uni pendant plusieurs décennies du vingtième siècle. Elle a dit que l’inspiration lui était venue après la mort de deux enfants dans un attentat perpétré par l’IRA en Angleterre en 1993.

Alors qui sont les morts-vivants désignés par le terme «zombie»?
Il s’agit peut-être des personnes qui subissent les conséquences de la violence humaine. Celles qui vivent dans la peur constante d’un attentat, d’une bombe ou de la balle d’un sniper. Ou bien celles qui ont perdu goût à la vie à cause du deuil, les mères au «cœur en miettes». Mais l’interrogation lancinante du refrain pointe vers une interprétation complémentaire. «Qu’as-tu dans ta tête, zombie?» s’adresserait plutôt à ceux qui tolèrent les armes et les bombes. «Quand la violence mène au silence, nous avons fait fausse route.» Faire silence et se taire devant la violence faite aux autres est une façon de se rendre complice des violents.

Devant la détresse des migrants, des civils en zone de guerre, des femmes battues, des enfants victimes des adultes et des pauvres victimes des puissants, trop de personnes profèrent l’excuse de la première strophe: «Mais tu vois, c’est pas moi. C’est pas ma famille.» On attribue parfois à Ghandi (probablement à tort), la phrase célèbre: «Tout ce qu’il faut pour que le mal triomphe, c’est que les bons se taisent.» Zombie souligne que le silence devant le mal est une erreur mortelle.

Dans l’Evangile selon Matthieu, au chapitre 25, Jésus condamne ceux qui pèchent ainsi par omission, refusant de nourrir les affamés, d’accueillir les étrangers ou de soigner les malades: «Toutes les fois que vous n’avez pas fait cela à l’un de ces plus petits, c’est à moi que vous ne l’avez pas fait.» Devant la violence de la guerre, les injustices sociales et les malheurs du monde, Jésus a prêché que le silence et l’inaction sont inacceptables. Avec Zombie, les Cranberries disaient la même chose à leur manière.

Jonathan Hanley

Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © DR
 
En savoir plus

Zombie

Encore une tête qui tombe
L’enfant est pris au piège
Et si la violence mène au silence
Qui cherchons-nous à tromper?
Mais tu vois, c'est pas moi,
C'est pas ma famille.

Dans ta tête, ils se battent.
Avec leurs tanks, et leurs bombes.
Avec leurs bombes, leur artillerie.
Dans ta tête, ils pleurent.
Dans ta tête, dans ta tête
Zombie, zombie, zombie
Qu'as-tu dans ta tête, dans ta tête?
Zombie, zombie, zombie

De nouveau, il ne reste
que le cœur en miettes d’une mère.
Quand la violence mène au silence,
Nous avons fait fausse route.
C'est toujours la même chose depuis 1916.

Dans ta tête, ils se battent encore
Avec leurs tanks, et leurs bombes
Avec leurs bombes, leur artillerie
Dans ta tête, ils meurent
Dans ta tête, dans ta tête
Zombie, zombie, zombie
Qu'y a-t-il dans ta tête, dans ta tête?
Zombie, zombie, zombie

 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x