L'article

Vingt ans de travaux sur le fait religieux

Vingt ans de travaux sur le fait religieux
 
21.12.15 - Le Groupe société, religions, laïcités du CNRS fête ses vingt ans. Sa contribution à la compréhension des grands enjeux relatifs au fait religieux continue d’être capitale, nous dit Philippe Portier, son directeur.
Aujourd’hui, près de 220 chercheurs travaillent pour le Groupe société, religions, laïcités (GSRL) du CNRS. Un groupe qui fête ses vingt ans d’existence et dont la visibilité n’est plus à prouver. Car le GSRL, fondé par Jean Baubérot, ne fait pas «que» publier des articles, organiser des colloques ou des séminaires. «Notre recherche n’est jamais repliée sur elle-même, elle s’ouvre vers l’extérieur», rappelle Philippe Portier, directeur du GSRL depuis 2007.
L’objectif est toujours double: «Faire progresser la connaissance brute, pure, et développer des recherches plus appliquées qui peuvent éclairer le débat public. Nous sommes constamment interrogés par les médias, surtout sur les sujets chauds: qu’est-ce que Daech? La visibilité de l’islam est-elle l’indication d’une radicalisation de l’islam? Au moment de la controverse sur le Mariage pour tous, que signifiait le revivalisme catholique?»
Le GSRL est aussi appelé à intervenir au niveau de la sphère publique d’Etat: certains chercheurs ont été membres des commissions Stasi et Machelon. «Les ministères de la République et la présidence font appel à nous pour éclairer plusieurs points, en particulier sur les thèmes de l’islam et de la laïcité». Philippe Portier précise cependant que le GSRL reste très libre de suivre les objets saillants selon ses désirs, en fonction des enjeux sociaux et religieux.
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © Alliance Presse
 
En savoir plus

Un apport majeur

Le sociologue suisse Christophe Monnot salue «l’apport majeur du GSRL. Par son rayonnement, il aura été important pour la création de l’Observatoire des religions en Suisse (ORS) par sa recherche de réputation mondiale sur le problème des sectes. Depuis, plusieurs chercheurs de l’ORS ont pu se former et participer aux programmes de recherche de ce grand laboratoire». Christophe Monnot relève encore, parmi bien des apports, celui, important, d’une sociologie de la laïcité et «une sociologie du protestantisme qui a trouvé sa voie avec Séguy, Baubérot, Willaime, Fath et Fer».
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x