L'article

Une vie pour une autre, l’avortement fait débat à l’ONU

Une vie pour une autre, l’avortement fait débat à l’ONU
 
20.11.17 - Le droit à la vie en matière d’avortement revient sur le devant de la scène. L’ONU est divisée sur ce sujet épineux. Analyse.
Le «droit à la vie», fait encore parler de lui! Deux comités d’experts de l’ONU et des associations pro-vie sont actuellement engagés dans un bras de fer concernant l’interprétation du «droit à la vie» (article 6 du Protocole relatifs aux droits civils et politiques) et de ses implications sur l’avortement.

En cas de souffrance
Début novembre, le Comité des droits de l’homme s’est prononcé en faveur de l’interruption volontaire de grossesse (IVG). Les dix-huit experts sont partis du point de vue des femmes enceintes ayant recours à des avortements clandestins, dangereux pour leur propre vie, dans les pays où l’IVG est illégale. De façon assez péremptoire, leur rapport stipule: «Les Etats parties doivent donner accès à l’avortement lorsque le fait de mener la grossesse à terme causerait pour la femme une douleur ou une souffrance considérable, notamment lorsque la grossesse résulte d’un viol ou d’un inceste ou que le fœtus présente des malformations mortelles.
»

Droit à la vie
Des situations auxquelles le gynécologue Denis Mukwege, également pasteur pentecôtiste, est souvent confronté, lui qui soigne au Congo des dizaines de milliers de femmes violées, victimes de crimes de guerre. Il constate que lorsque la grossesse a lieu, les futures mamans vivent un double drame. Il intervient le plus possible en amont pour qu’il n’y ait pas fécondation après un viol.
Ce qui amène les experts de l’ONU à souhaiter la légalisation de l’avortement, provoquant la colère des militants pro-vie. L’ECLJ (European center for law and justice) dénonce «une tentative de créer un droit universel à l’avortement» sans prendre en compte «le droit à la vie de l’enfant à naître».
Pour l’ECLJ, le droit à la vie «doit être promu pour chaque être humain, de la conception à la mort naturelle». Début octobre, un mémoire soutenu par 130 000 voix a été remis par l’ECLJ aux experts de l’ONU, appuyé par une pétition signée par plus de 28 000 personnes. Dans ce mémoire, l’ECLJ dénonce «une régression des droits de l’homme portée par une conception inégalitaire de l’homme qui admet, voire encourage le sacrifice des plus faibles», inquiet que «le respect de la vie humaine ne soit plus garanti qu’aux seuls êtres nés et en bonne santé, abandonnant la vie des plus fragiles au pouvoir des plus forts et ouvrant la voie à l’eugénisme et au transhumanisme».
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © iStockphoto
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x