L'article

Une réponse christique aux harceleurs du net

Une réponse christique aux harceleurs du net
 
19.02.19 - En marge des agissements d’un groupe de harceleurs sur internet, connu sous le nom de la Ligue du LOL, la question du pardon se pose. Comment imiter l’exemple de Christ, à l’ère du tweet? Quelle réponse donner à cette violence virtuelle et sans merci? Perspectives.
C’est une révélation qui entache une partie de la presse française. A partir du début des années 2010, une trentaine de journalistes jeunes et fringants qui travaillaient dans la presse «progressiste et branchée» parisienne, réunis dans un groupe Facebook privé appelé Ligue du LOL se sont livrés à des faits de harcèlement ciblé sur les réseaux sociaux, profitant de leur notoriété.
Leurs victimes étaient surtout de jeunes consœurs journalistes, mais aussi quelques hommes. Pour certains observateurs, ce serait le début d’un #MeToo de la presse francophone. Les personnes harcelées ont fait part de leur souffrance psychologique, qui ont eu parfois des répercussions sur leurs vies professionnelles.

Attaques sur les plus faibles
Ces victimes des attaques groupées ont reçu pendant des années des messages malveillants, allant de simples moqueries à des montages à caractère pornographique en passant par des railleries ou des canulars téléphoniques. Léa Lejeune et Florence Porcel, deux des victimes, se sont exprimées sur l’affaire de la Ligue du LOL dans une vidéo diffusée par Brut. Léa Lejeune résume l’affaire: «Ce sont les gens “cool” qui s’attaquaient aux personnes qu’ils jugeaient plus faibles.» Florence Porcel déclare ne pas oublier ni les faits graves, ni les humiliations. Léa Lejeune souhaite que ses harceleurs prennent conscience de la gravité de leurs actes, mais qu’ils évitent à leur tour d’être pris pour cibles.
La plupart des faits de harcèlement concernés par cette affaire sont prescrits, le délai de six ans étant passé.
Après les révélations de cette affaire par le journal Libération le 8 février - dont deux collaborateurs sont impliqués - Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes a assuré travailler sur un allongement des délais de prescription dans les affaires de cyberharcèlement. La législation avait déjà évolué récemment: depuis août 2018, une nouvelle disposition permet de pénaliser les «raids», c’est-à-dire les actions de harcèlement concertées sur internet.

Vers la repentance
Christian Kuhn, secrétaire général du Réseau Evangélique Suisse (RES) connaît bien la thématique du cyberharcèlement, en tant que consultant en technologies de la communication. «Le harcèlement sur internet est particulièrement lâche, c’est très facile d’envoyer des salves depuis un bunker virtuel. Les victimes de harcèlement se sentent souvent démunies.
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © iStockphoto
 
En savoir plus

Vigilance réfléchie

Pour éviter d’être lui-même dur ou blessant sur les réseaux sociaux, par email ou SMS, Christian Kuhn s’applique une règle: «Je ne publie jamais quoi que ce soit que je ne serais pas capable de dire face à la personne. Au début, je faisais des maladresses, mais le fait de relire la publication et de me poser la question: est-ce que j’oserais le dire devant la personne, permet d’éviter une certaine agressivité.» Et cela, il l’enseigne aux jeunes qu’il accompagne.
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x