L'article

«Tous au paradis», Michel Polnareff

«Tous au paradis», Michel Polnareff
 
22.05.17 - Ces Hits entrés dans l'histoire
«On ira tous au paradis, même moi. Qu’on croie en Dieu ou qu’on n’y croie pas, on ira…». Autosuggestion? Pensée positive?
Optimisme béat? Peu de chansons illustrent aussi bien l’expression «prendre des vessies pour des lanternes».

Sortie en 1972 et reprise par le collectif caritatif «Les Enfoirés» en 1995, la chanson est un des tubes de Polnareff. Sa popularité est certainement due aux paroles parfaitement accordées à l’idée que la religion serait acceptable du moment qu’elle n’impose aucun absolu.

Michel Polnareff a été décrit comme un des représentants français de la beat génération. Bien qu’il n’ait jamais atteint la légitimité culturelle de certains beatnicks du monde anglo-saxon, son œuvre est marquée par plusieurs codes de la contre-culture de l’époque: rejet de la société bien-pensante, libéralisation des mœurs, provocation, etc.

Dans les années 70, son look souvent androgyne et plusieurs de ses textes prônant une sexualité sans contrainte ont fait de lui la cible de l’institution religieuse. Ainsi, cette chanson peut être entendue un peu comme une riposte de sa part: «Ne crois pas ce que les gens disent. C’est ton cœur qui est la seule Église. N’aie pas peur de la couleur des flammes de l’enfer.»

L’être humain a souvent tendance à prendre ses désirs pour la réalité. La superficialité gentillette d’une grande partie de la musique pop se prête bien à l’expression de cet optimisme qui veut échapper aux contraintes. Mais dans la plupart des domaines, nous savons que la réalité est plus importante que le rêve. Ceux qui ne savent pas distinguer entre le monde réel et les fictions de leur imagination courent un danger. Il n’y a que dans le domaine de la spiritualité que notre époque semble penser que la vérité n’a pas grande importance.

Dans cette chanson, Polnareff n’a pas tout faux. La Bible lui donne raison quand il dit que ce ne sont pas nos mérites qui déterminent notre destinée éternelle: «Tout’ les bonnes sœurs et tous les voleurs, tout’ les brebis et tous les bandits». Par contre, promettre le paradis à tous, sans tenir compte de l’avis de Dieu, relève de l’irresponsabilité. Autant proposer d’aller pique-niquer sur une ligne de chemin de fer. Peut-être que le train ne passera pas…

Laissons Esaïe répondre à Polnareff: «Tournez-vous donc vers l’Éternel, tant qu’on peut le
trouver» (Es. 55, 6).

Jonathan Hanley

Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © Ixène
 
En savoir plus

On ira tous au paradis, Michel Polnareff

Qu'on soit béni ou qu'on soit maudit, on ira
Tout' les bonn' sœurs et tous les voleurs
Tout' les brebis et tous les bandits
On ira tous au paradis
On ira tous au paradis, mêm' moi
Qu'on soit béni ou qu'on soit maudit, on ira
Avec les saints et les assassins
Les femmes du monde et puis les putains
On ira tous au paradis

Ne crois pas ce que les gens disent
C'est ton cœur qui est la seule église
Laisse un peu de vague à ton âme
N'aie pas peur de la couleur des flammes de l'enfer

On ira tous au paradis, mêm' moi
Qu'on croie en Dieu ou qu'on n'y croie pas, on ira...
Qu'on ait fait le bien ou bien Ie mal
On sera tous invités au bal
On ira tous au paradis

On ira tous au paradis, mêm' moi
Qu'on croie en Dieu ou qu'on n'y croie pas, on ira
Avec les chrétiens, avec les païens
Et même les chiens et même les requins
On ira tous au paradis

On ira tous au paradis, mêm' moi
Qu'on soit béni ou qu'on soit maudit, on ira
Tout' les bonnes sœurs et tous les voleurs
Tout' les brebis et tous les bandits
On ira tous au paradis...
Surtout moi

 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x