L'article

Se lever en faveur du faible, la vocation de tous les chrétiens

Se lever en faveur du faible, la vocation de tous les chrétiens
 
19.04.19 - Dans le livre de Jacques, la vraie religion consiste à prendre soin de la veuve et de l’orphelin. Depuis toujours, Dieu appelle les chrétiens à pratiquer la justice sociale et ce, encore aujourd’hui. Mais concrètement, comment la mettre en pratique et se lever pour protéger les plus faibles?
«Le Dieu de la Bible se distingue des dieux de toutes les autres religions car il se place du côté des faibles, de la justice en faveur des pauvres.» Pour le pasteur et auteur Timothy Keller, pas de doute: la justice biblique se vit dans les relations sociales.

En faveur du faible
Coordinatrice de Michée France, Claire Balverde a étudié Pour une vie juste et généreuse, l’ouvrage du pasteur new-yorkais publié par les éditions Farel en collaboration avec le SEL et Michée. «Timothy Keller explique que pratiquer la justice - de l’hébreu tsedâqâh - implique de cultiver des relations justes, équitables et généreuses avec Dieu et les autres», confirme-t-elle.
Pratiquement, cela consiste à s’occuper des plus faibles comme les personnes dans le dénuement, les infirmes, les âgés, les mendiants ou encore les migrants.
«Mais c’est aussi s’opposer à ceux qui exploitent les plus vulnérables», développe Timothy Keller. Il suggère par exemple de mettre sur pied des associations qui poursuivront en justice les organismes de prêts exploitant les pauvres; également de demander réparation en faveur des victimes. Au niveau personnel, il s’agit de faire preuve d’impartialité, comme y invite Deut. 16, 19: «Vous ne fausserez pas le cours de la justice, vous ne ferez pas preuve de partialité et vous ne vous laisserez pas corrompre par des cadeaux car ceux-ci aveuglent même les sages et compromettent la cause des innocents.» «L’individu pauvre ne peut pas donner de dessous de table aux législateurs et aux juges pour qu’ils lui soient favorables; le riche et le puissant, eux, peuvent le faire. C’est pourquoi Dieu a tellement horreur de la corruption», analyse le pasteur new-yorkais.

Une faute contre Dieu
Dans son livre, il prend Job pour modèle de droiture. En effet, au chapitre 31, celui-ci s’exclame: «Si je n’ai pas fait droit à ma servante ou à mon serviteur, quand ils avaient un litige avec moi, je ne saurai que faire quand Dieu se lèvera pour me juger.» Ou encore: «Si j’ai brandi le poing à l’encontre d’un orphelin, me sachant soutenu au tribunal, alors que mon épaule s’arrache de mon corps, j’aurais renié le Dieu du ciel.
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © iStockphoto
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x