L'article

Sans-papiers, ils racontent leur parcours

Sans-papiers, ils racontent leur parcours
 
22.02.16 - Venus et restés illégalement en Europe, trois sans-papiers évoquent leur situation et leur combat au jour le jour. Mais ils témoignent aussi de la manière dont des chrétiens les ont accueillis et entourés, malgré leur statut d’illégaux. Portraits.
Découvrez sur ce site les autres articles de notre dossier consacré aux illégaux.
Après quinze ans, elle est rentrée au pays

«En Suisse, j’avais peur tout le temps: peur d’un contrôle de police, de me retrouver en prison ou de me faire renvoyer sans avoir le temps de dire au revoir». Nadia (prénom d’emprunt) est arrivée d’Equateur illégalement il y a une quinzaine d’années: «Ma fille était partie en Suisse un peu avant, mais sans son bébé. Je suis donc venue pour lui amener mon petit-fils». Se sentant bien, heureuse de côtoyer sa fille, elle a choisi de ne pas repartir tout de suite. Avec tout ce que cela implique: «Le plus dur a été d’apprendre la langue, de trouver un appartement et un travail. Les patrons ont peur de se faire amender. J’ai fait du nettoyage chez des particuliers. Chaque jour qui passe est une bataille gagnée. Quand la nuit arrive, on remercie Dieu d’avoir pu vivre une journée sans souci». Malgré ces épreuves, elle a décidé de s’enraciner en Suisse, voyant qu’elle pouvait s’en sortir.
«Je souffre aussi d’arthrite et d’arthrose; or le climat me convenait mieux en Suisse qu’en Equateur.»
Nadia a rejoint une Eglise évangélique à Lausanne. «Comme elle était discrète, nous avons mis du temps à connaître sa situation», expliquent les responsables. «Elle nous faisait mal au cœur, parce qu’il fallait qu’elle trouve de quoi vivre, et nous ne pouvions pas l’embaucher. C’est bien beau d’avoir de belles théories abstraites sur l’illégalité, mais quand on a une personne en face de soi, cela devient concret et difficile». Ils ont pris soin d’elle avec beaucoup d’amitié et de compassion. Nadia s’est aussi bien intégrée dans l’Eglise: «J’ai trouvé des gens formidables avec qui j’ai noué des liens forts. J’ai toujours pu compter sur eux en cas de problème». Elle a aussi encouragé toute l’Eglise par son sourire, sa gentillesse et sa serviabilité.
Mais la situation ne pouvait pas durer. «Nous lui avons proposé de lui payer son billet de retour», expliquent les responsables de l’Eglise. L’idée a fait son chemin chez Nadia, et elle a finalement décidé de rentrer.
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © Alliance Presse
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x