L'article

Quel puzzle de la diversité protestante!

 
21.10.13 - Coup de projecteur sur quelques-unes des 150 animations
proposées dans le cadre de Protestants en fête.
Le Marathon de la Bible

Vendredi, «Protestants en fête»: le Psaume 49 résonne sur la Place de la Bastille. Les passants ralentissent, parfois même s’arrêtent. Ils tentent de deviner ce que déclame le lecteur. Une affiche sous un chapiteau les renseigne: «Marathon de la Bible, organisé par l’association Une Bible par foyer». Le principe est simple: pendant trois jours, du matin au soir, membres de l’association et membres des Eglises protestantes évangéliques d’Ile-de-France, se relaient pour lire les Psaumes et le Nouveau Testament.
Cette manifestation, dont la première édition a vu le jour en 1989 Place Pigalle, a pour but de faire connaître la Bible. «Quand les gens s’arrêtent ou ralentissent, des protestants à la fibre d’évangéliste expliquent la démarche, proposent des tracts et/ou une Bible gratuite», explique Franck Mouquet, directeur du comité d’organisation de l’événement. A l’heure où le débat sur la laïcité fait couler beaucoup d’encre, cette belle place parisienne a été le théâtre d’un exercice d’évangélisation respectueux et pacifiste.


Femmes d’espérance

Toujours le vendredi, quatre protestantes ont évoqué la place de l’espérance dans leur vécu respectif. «Donner l’espérance à son équipe»: voilà la responsabilité que se donne Bénédicte Huot de Luz, manager et mère de famille. Pour elle, cela se traduit par un management qui accompagne et sait dire positivement ce qui ne va pas. La Bible est son oxygène, et Dieu sa force. Lors des moments difficiles, elle garde la certitude que «cela va passer».
Médiatisée pour avoir mis en lumière les méfaits du Médiator, la doctoresse Irène Frachon a d’abord expliqué la naissance de sa vocation: une leçon d’école du dimanche sur Albert Schweitzer. Si l’espérance est une évidence pour les médecins en général, Irène Frachon a découvert qu’on ne peut pas la porter seul: «Dans l’affaire du Médiator, une chaîne de solidarité s’est levée et a ranimé l’espérance». La pasteur Christiane Nyangono a souligné que ce qui fait la différence de l’espérance chrétienne, c’est la présence constante de Jésus «dans les bons comme les mauvais jours».
Théologienne, Valérie Duval-Poujol a relevé que dans les textes de l’Ancien Testament, l’espérance est liée au souvenir: «C’est parce que Dieu a été fidèle que l’on peut espérer». Une assistance d’une centaine de personnes a suivi cette conférence donnée à l’Eglise américaine.


1000 jeunes à la Gare de Lyon

Le samedi, sur le modèle des soirées Pulse s’est tenue la grande soirée XXL des jeunes protestants sous un chapiteau à proximité immédiate de la Gare de Lyon (grande photo). Un millier de jeunes de 16 à 30 ans ont loué, prié et partagé ensemble sur le thème de l’espérance.
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x