L'article

Que la joie abonde

 
21.05.07 - Cinq brèves méditations au sujet de la joie dans la perspective chrétienne. À goûter de préférence séparément et à ruminer
Qui sont les gens les plus heureux sur terre? Seul Dieu le sait. Mais une personnalité évangélique (assistée d’un couple d’écrivains) a cru bon de faire de cette phrase, de ce slogan publicitaire presque, l’énoncé de son autobiographie désormais bien connue: il s’agit de Demos Shakarian, fondateur des Hommes d’Affaires du Plein Évangile. Cet homme issu d’une famille de pentecôtistes russes d’Arménie a été environné du dessein miraculeux de Dieu dès avant sa conception; fermier puis entrepreneur agro-alimentaire exilé aux États-Unis, il reçut une vision d’évangélisation du monde lors d’une visitation surnaturelle. La prospérité matérielle s’ajouta chez lui à la prospérité spirituelle. Il fut enfin un homme qui n’a pas été épargné par les malheurs et les épreuves, notamment la perte d’un enfant en bas âge.
On peut relire son histoire en imprimé ou sur internet. Sans vouloir viser le summum du bonheur ou fonder une mission internationale, l’histoire des Shakarian semble une illustration vivante des enseignements bibliques sur la joie.
Joël Reymond

La joie est liée à l’héritage
Un peu trop «terrienne», la joie des Hébreux à qui Néhémie dit: «Mangez, buvez, réjouissez-vous! La joie du Seigneur sera votre force»? Si on y voit une autre version du matérialisme ambiant, pour qui la quête du plaisir est ce qui permet de rendre l’existence présente un peu moins tragique et insupportable, certes. Mais pas si on envisage, comme le fait la Bible, la joie spirituelle et la joie matérielle comme les deux faces d’une seule et même pièce.
Dieu accorde à chacun un lieu et une vocation. Dieu a prévu un héritage terrestre qui est pour nous en propre. Y entrer, c’est la joie assurée. «La vraie joie est dans l’obéissance à la volonté du Père. La vraie joie est de vivre dans l’instant présent», écrit une religieuse italienne dans un billet sur le bonheur que publie Christicity. «La joie est en ce monde, si elle n’est de ce monde», ajoute la théologienne protestante Lytta Basset.

La joie est une grâce
À en croire les nombreux manuels d’auto-psychologie qui fleurissent, la clef de la joie serait un travail constant sur sa perspective personnelle, sur la manière dont on vit les événements, les circonstances, les relations. Un exercice mental, en somme. La méthode Coué n’est pas loin, quoique St Paul parle aussi du contentement.
Au contraire, la Bible parle de la joie comme d’un fruit de l’Esprit, c’est-à-dire le fruit d’une relation avec Dieu. Elle est du domaine de la grâce.
La Bible lie aussi fortement la joie au salut: celui d’un Zachée qui a retrouvé l’estime de soi, du berger qui a retrouvé sa brebis perdue ou encore des Samaritains qui viennent de recevoir l’Évangile pour la première fois.
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x