L'article

Quatre écueils à éviter

Quatre écueils à éviter
 
19.10.15 - La fin des temps fascine. Il n’est pas interdit de s’y intéresser, mais quelles sont les tentations qui nous guettent?
Découvrez sur ce site les autres articles de notre dossier consacré à la fin des temps
Il y a une quarantaine d’années naissait le code-barres. Ni une ni deux, des chrétiens ont vilipendé cette invention, accusée de dissimuler le chiffre satanique 666. Et voilà que la fin du monde se rapprochait un peu plus... «De tout temps, les chrétiens ont essayé de comprendre “les signes des temps” en tentant d’associer l’actualité à la prophétie», rappelle Florent Varak, auteur de 2012: La fin? (éd. Clé). Quels sont les écueils à éviter quand on se lance dans cette étude et que l’on s’intéresse de près à la fin des temps?

1.
Faire preuve de naïveté

Florent Varak distingue entre deux types de démarches. La première, interprétative, associera par exemple Gog à la Russie, ou l’Antichrist au prince William. «Ces analyses sont souvent incorrectes, mais maintiennent chacun dans le désir de lire la Bible», commente le pasteur, qui se veut par contre beaucoup plus critique à l’encontre de la deuxième démarche, celle que l’on peut qualifier de divinatoire: «Lorsque des gens se disent prophètes, parlent de leurs rêves, de leurs visions ou de leurs prophéties pour annoncer une date, non seulement ils ont l’outrecuidance de parler au nom de Dieu, mais en plus ils réclament le droit d’avoir tort». Et de rappeler que l’Eglise de John Wimber, aux Etats-Unis, a finalement dû interdire ce type d’activité prophétique, «parce que les fins du monde étaient annoncées trop fréquemment». Le pasteur constate que la Bible a elle-même dénoncé les prédictions mensongères: «Vous affirmez “C’est ce que déclare l’Eternel”, alors que moi, je n’ai pas parlé» (Ez. 13, 7). Bref, «l’art de deviner l’histoire se heurte à une constante: rares sont les trames précises envisagées dans le passé qui se soient pleinement réalisées. L’avenir surprend presque toujours!»
Alors pourquoi une telle tendance aux conjectures dans le monde chrétien? «Un mécanisme joue souvent: celui de compensation pour la faible part que nous pouvons jouer dans l’histoire de nos pays. La prétention devient très forte de savoir ce qu’il en sera de l’histoire prochaine, des guerres, des lieux et des protagonistes», répond le théologien Henri Blocher. Ce jeu des spéculations va d’abord tenter les «spécialistes». Problématique, selon le pasteur Walter Zanzen. «Si le livre prétentieux de Claude Ignerski était tellement incollable, alors l’Evangile ne serait plus à la portée des gens simples. Il faudrait être expert pour être au courant du conseil de Dieu». Et la «masse» doit alors se fier à ces décrypteurs en chef. Walter Zanzen regrette là encore la crédulité des chrétiens lambda: «Mal affermis, ils écoutent sans discernement ce qu’ils trouvent sur internet. Leurs références ne sont plus les pasteurs qui les ont accompagnés depuis tant d’années, mais les enseignements de “spécialistes” qui sont pourtant de parfaits inconnus.»

2.
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © Alliance Presse
 
En savoir plus

Israël, une horloge?

Le retour des Juifs en Israël a été un événement majeur d’un point de vue historique, qui a suscité l’émergence d’une multiplication d’interprétations sur la fin des temps, remarque Henri Blocher. Dans un article de la Revue Réformée, Michaël de Luca explique que le dispensationalisme a en effet conduit à une lecture nouvelle des événements contemporains. Cette théologie, qui est surtout devenue influente au 19e siècle avec Darby, propose une lecture littérale des prophéties bibliques et les applique à l’histoire contemporaine d’Israël, qui devient l’horloge du monde. Cette ligne n’est pas partagée par l’ensemble des évangéliques, en raison de la pluralité d’interprétations à propos des écrits prophétiques et de la fin des temps. Deux thèmes qui sont très souvent liés.
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x