L'article

Quand la mort se fait désirer

Quand la mort se fait désirer
 
18.12.17 - La traditionnelle journée cantonale du CADEMS s’est intéressée au désir de mort chez les résidents en établissements médico-sociaux (EMS), l’occasion de faire le point. Enquête..
Le 14 novembre dernier, une trentaine d’aumôniers vaudois se sont retrouvés à la Résidence La Girarde, à Epalinges, pour leur journée annuelle. Au centre de cette édition, le désir de mourir ressenti par de nombreuses personnes en fin de vie, comme ont pu l’attester le professeur Ralf Jox et la médecin Eve Rubli Truchard, de la chaire des soins palliatifs du CHUV, invités pour l’occasion.

Un désir ouvertement exprimé
«Il s’agit d’un sujet encore peu discuté voire tabou, surtout en contact avec les professionnels de santé», signale la doctoresse. Elle poursuit, «ce qui a pourtant été frappant dans l’étude menée auprès de résidents d’EMS, c’est à quel point ces personnes parlent par contre aisément de leur mort prochaine et même souhaitent en parler, quand on aborde ce sujet.
»
Virginie Reichel, aumônier de confession évangélique, l’observe dans sa pratique. «J’ai régulièrement la sollicitation des soignants pour visiter des patients qui explicitent ouvertement leur désir de mourir», confirme-t-elle. «Le plus souvent, ce n’est pas dans les derniers jours de la vie, mais plutôt lorsque la lassitude d’une maladie grave se prolonge et laisse place au découragement, à la tristesse et au sentiment d’être un poids pour les proches.»

Au-delà du désir de mort
Face à cette détresse, «il est important tout d’abord de pouvoir l’identifier en tant que telle, de se donner les moyens de comprendre ce qui est en train de se passer», détermine Eve Rubli Truchard. «Y a-t-il également d’autres facteurs comme une souffrance physique, psychique, existentielle ou spirituelle?
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © iStockphoto
 

x