L'article

Pourquoi nous avons besoin de Jésus

Pourquoi nous avons besoin de Jésus
 
19.11.12 - C’est bientôt Noël. L’occasion de de se poser la question: pourquoi avons-nous besoin de Jésus? A l’ère du rationalisme et du relativisme, doit-on encore voir en Jésus celui qui est venu sauver l’humanité? Cet article fait partie de notre GROS PLAN. Vous pouvez en consulter les autres textes sur ce site
Je me suis retrouvé dans un avion à côté d’un homme qui n’a pas hésité à me partager ses conceptions religieuses. Elevé dans une famille pratiquante et conservatrice, il a fièrement écarté le christianisme «traditionnel», avec ses revendications à propos de Jésus. Il voulait, dit-il, remplacer le dogme par la raison. Un quart d’heure plus tard, il s’est mué en défenseur du cosmos sacré, avec les cartes du tarot et l’astrologie, affirmant que cela était vrai seulement pour lui.
Cet affrontement représente ce que nous avons tous expérimenté dans une culture qui identifie la foi aux sentiments et la raison au naturalisme, c’est-à-dire à l’idée que rien n’existe en dehors de la nature.

L’homme aspire à Dieu et veut s’élever vers lui
En fait, l’homme tente de «faire l’escalade jusqu’au Ciel» en utilisant la raison, la morale et l’expérience comme autant d’échelons pour son ascension. Nos cœurs sont des usines à idoles. Or la Bible souligne l’impossibilité de monter vers Dieu par nous-mêmes, puisque c’est Dieu qui descend vers nous.
Pourquoi l’homme cherche-t-il à monter vers Dieu? Parce que, comme l’apôtre Paul l’a affirmé, tous ont la conviction de l’existence de Dieu et tous connaissent les exigences de Dieu grâce à leur conscience (Rom.
1 et 2). Mais nos cœurs, empêtrés dans le péché et incapables de faire le bien (Rom. 3, 9-18), créent des spiritualités, des thérapies et des programmes qui, certes, émanent de notre connaissance naturelle de la loi, mais que nous déformons.
Nous avons donc désespérément besoin que Dieu se révèle à nous. Hors de nos cœurs et au centre d’une révélation spéciale se trouve en effet le Dieu qui surprend. Et celui-ci n’est connu que d’une seule manière: par son fils, Jésus. Nous restons cependant tentés par l’envie d’empoigner et de comprendre le divin par nous-mêmes.

On nous dit que la foi est subjective
Notre premier problème réside dans l’opposition que nous érigeons entre foi et raison. Beaucoup de gens se comportent comme si quelqu’un avait signé un traité de paix entre la foi et la raison depuis que la raison a gagné la guerre.
Aujourd’hui, la raison est le royaume du public, de la vérité objective, tandis que la foi est reléguée au domaine de l’expérience privée et de la thérapie personnelle. A mon voisin de vol qui postulait que la foi est «un n’importe quoi qui fonctionne pour toi», j’ai répondu: «Dirais-tu que la Deuxième Guerre mondiale a existé pour moi, mais pas pour toi?». La résurrection du Christ est plus importante que la bataille des Ardennes, mais pas moins historique.

Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © Alliance Presse
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x