L'article

Pourquoi il est bon de confesser ses erreurs

Pourquoi il est bon de confesser ses erreurs
 
23.02.15 - Confesser ses péchés peut paraître effrayant. Pourtant, la Bible nous y invite. Pas pour nous ennuyer, mais parce que cette mise en lumière est utile pour soi-même et pour les relations.
Confession: pour certains d’entre nous, ce mot évoque une pratique de l’Eglise catholique qui ne nous est pas familière. Pour d’autres, la confession est perçue négativement, car elle implique la notion de culpabilité ou de contrition. D’autres encore pensent que, étant automatiquement au bénéfice du pardon par l’œuvre de Jésus à la croix, ils n’ont pas besoin d’avouer leurs fautes devant Dieu, et encore moins devant d’autres chrétiens. La confession a-t-elle donc encore une place dans notre vie de foi?
Pasteur évangélique en Suisse et conseiller en relation d’aide, David Hoehn pose d’abord les bases: même chrétiens, nous restons pécheurs. Et ce mal nous affecte de bien des manières: égoïsme, manque d’amour, fausses priorités, dépendances, etc. «Sommes-nous prêts à nous voir tels que nous sommes et non pas tels que nous aimerions être?», questionne-t-il. «S’exposer aux Ecritures reste le moyen privilégié que l’Esprit utilise pour nous convaincre de péché. Cela implique de ne pas lire seulement les textes qui nous encouragent, que nous affectionnons, mais aussi ceux qui nous défient et nous remettent en question».
Il invite chacun à être prêt à entendre des critiques d’un ami et à lui donner un droit de regard sur sa vie.

Ne pas rester seul
Avons-nous conscience que le pardon est une offre de libération, de paix, mais aussi de guérison intérieure? «Tant que nous restons seuls avec nos côtés sombres, nous sommes comme prisonniers. Cela bloque et paralyse notre vie spirituelle», assure David Hoehn. Ne pas faire face à ces choses, c’est vivre dans l’illusion, se tromper soi-même et les autres: «En revanche, mettre en mots ce qui nous pèse, sans embellir ni minimiser, cela apporte la lumière du Christ dans ces zones d’ombre et permet d’avancer avec Dieu et au niveau de nos relations à autrui.»
Le roi David lui-même a expérimenté cette libération qui fait suite à la confession: «Tant que je me taisais, mon corps dépérissait; ma vigueur avait fait place à la sécheresse de l’été. Je t’ai fait connaître mon péché, je n’ai pas caché ma faute. J’ai dit: j’avouerai mes transgressions et tu as pardonné mon péché» (Ps. 32, 2-5). «Bien entendu, Dieu sait tout de nous.
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © Alliance Presse
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x