L'article

Pour un engagement humaniste chrétien

Pour un engagement humaniste chrétien
 
22.10.12 - Engagez-vous et indignez-vous! C’est une partie du message que Jacques Barrot veut laisser dans son livre «De l’indignation à l’engagement» (éd. du Cerf). Cet ancien ministre français et ex-vice-président de la commission européenne est aujourd’hui membre du Conseil constitutionnel. Il se fait l’avocat d’un engagement chrétien qui contribue à l’essor de l’humanisme et de l’unité des peuples dans la société.
Vous appelez vos concitoyens, mais aussi les chrétiens, à l’indignation et à l’engagement. Que voulez-vous dire par là?
L’indignation est une manière de s’insurger contre les injustices du monde, par exemple le chômage des jeunes en Europe. Mais plutôt que d’en rester à l’indignation, il faut passer à l’engagement. De plus, ce livre est un appel à susciter des vocations de chrétiens d’inspiration humaniste dans la cité.

Vous n’êtes pas adepte des extrémismes, qu’ils soient de gauche ou de droite. Les humanistes chrétiens devraient-ils donc être centristes?
Les institutions de la cinquième République, notamment après l’élection au suffrage universel du Président de la République, ont coupé la France en deux et rendu la tâche plus difficile à la possibilité de rencontre des humanistes, qu’ils soient au centre droit ou au centre gauche. C’est dommage, mais c’est ainsi. Il faut faire avec.
Je reste convaincu qu’il y a une place au centre droit, notamment pour des humanistes d’inspiration chrétienne. Et il y a sûrement au centre gauche des humanistes d’inspiration plus laïque qui peuvent aussi converger.

Vous dressez quatre portraits d’humanistes chrétiens: Germaine Poinso-Chapuis, Eugène Claudius-Petit, André Diligent et Joseph Fontanet. Quels sont leurs traits communs?
D’abord, leur première attitude a été très claire: ils sont rentrés en résistance parce qu’il y avait la persécution des juifs. Ensuite, ils ont beaucoup travaillé sur les causes qui leur tenaient à cœur. Pour Germaine Poinso-Chapuis, la première ministre femme de la République, c’est l’enfance inadaptée. Pour Claudius-Petit, c’est un urbanisme à l’échelle humaine. Pour André Diligent, ce sont les médias et pour Joseph Fontanet, c’est tout le problème de la négociation sociale et de l’éducation. Tous les quatre ont démontré, par leur dynamisme, leur capacité à faire passer leurs convictions dans les faits. Ce sont des femmes et des hommes d’action qui ne cachent pas leur foi chrétienne. Leur foi les inspire profondément mais, pour autant, ils ne cherchent pas à monopoliser l’étiquette chrétienne.

Oui, vous dites qu’il ne faut pas tant agir en tant que chrétiens que comme chrétiens tout simplement.
C’est l’idée que les chrétiens n’ont pas à vouloir absolument proclamer une identité; ils ont plutôt à la prouver, cette identité. Et on la prouve par ses actes. Ce n’est pas la peine de porter une croix, si par ailleurs, on nourrit je ne sais quelle animosité ethnique, raciale, ou quelque haine que ce soit pour qui que ce soit.

Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © Alliance Presse
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x