L'article

Pour moi, Noël c’est...

Pour moi, Noël c’est...
 
20.11.17 - Seul, en famille, entre amis, dans la joie, dans la tristesse, Noël, une fête différente pour chacun. Témoignages.
Sylvie
Sylvie, célibataire, vient d’une famille «très compliquée». Elle le sait par expérience, Noël n’est pas forcément un moment facile: «La fête peut se terminer en bagarre, il y a des jalousies dans les fratries, des gens qui viennent par obligation.» Pourtant, passer Noël sans famille renforce un sentiment de solitude dur à vivre. Sylvie peut alors compter sur ses amis de l’Eglise.
«Aucun Noël ne se ressemble: certains sont courts et calmes, d’autres plus festifs. Je n’ai jamais passé un Noël toute seule.» Et puis, dans son vécu familial difficile, les regards changent et des guérisons se produisent.
Noël, pour elle, c’est avant tout la naissance du Sauveur et en cela, «ça ne peut m’apporter que de la joie. Si Jésus n’était pas né, je serais dans des difficultés terribles. Noël, c’est l’anniversaire de mon grand frère Jésus.
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © iStockphoto
 
En savoir plus

La drôle de famille de Jésus

Jésus n’a jamais fêté Noël. Il n’a probablement d’ailleurs jamais fêté son anniversaire et ne connaissait sans doute pas sa date de naissance. Malgré tout, il a été élevé par un couple parental homme/femme marié, au milieu de frères et de sœurs.
On pourrait donc penser que Jésus a grandi dans une famille «classique». Et pourtant, les chefs religieux ne manquaient pas une occasion de lui faire remarquer sa conception «hors mariage», l’accusant d’être un enfant illégitime (Jn 8, 41).
C’est sous ce regard social désapprobateur et culpabilisant que Jésus a grandi. C’est en lui que toutes les familles «hors-des-clous» peuvent trouver réconfort et guérison.

Marie Lefebvre-Billiez
 

x